Arbrealettres

Poésie

SANS NUIRE (Pierre Morhange)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2015



JE suis servante dans la rue
je ne sais rien Mes seins
se serrent Oh ! qu’on empoigne
Tous ceux-là sans chevalerie

Mes yeux fermés C’est un trésor
Sans le tenir que je soupèse
Doux comme un soleil qui me chauffe
Au mur très bon où je m’endors

Mes épaules à la fenêtre
Pour accourir pour échapper
Les trains les camps les gares
Pour attendre je revenais

Ma chambre ô mon pauvre savon
Et ma valise de carton
J’ai seulement rêvé dans la ville de pierre
D’un bain qui me caresse et me serre
Plus profond et plus long que la mer

(Pierre Morhange)


Illustration: Amedeo Modigliani

2 Réponses to “SANS NUIRE (Pierre Morhange)”

  1. orfeenix said

    Que de jardins , que de fenêtres et de vie intérieure …et au delà?

    • arbrealettres said

      peut-être tout simplement:
      … peu importe où tu vas, à la seule condition que le paysage soit beau
      http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha/222127
      pas de chemin tout tracé ni de finalité
      pas de Sésame pour toutes ses âmes dans cette caverne de Platon…
      peut-être simplement le plaisir de marcher, de regarder et de partager ce qui est beau ??
      Merci de ton commentaire Orfeenix ((-:

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :