Arbrealettres

Poésie

Archive for 13 mai 2015

Tout serait-il donc danser (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2015



maître et l’eau?

qu’apprend-elle
en se perdant avec les bulles

tout serait-il donc
danser

(Werner Lambersy)


Illustration: Henri Matisse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

L’arc de ta nuque (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2015



L’arc de ta nuque
où tu es
à jamais la plus nue

(Werner Lambersy)


Illustration: Carolus Duran

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Jamais (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2015



Jamais
les fenêtres
du monde
ne furent
plus largement
ouvertes

Ni l’horizon
un aussi
vaste
et fastueux
frisson

Jamais
l’univers ne fut
un corps
aussi profond
que le tien

(Werner Lambersy)


Illustration: Alexandre Cabanel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Et que s’est-il passé ? (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2015



 

Déjà
Ce que j’écris
S’efface en l’écrivant

Comme une lampe
Encore chaude
Que la lumière a fui

Un phare
Qui ne sait plus
Où la mer s’est retirée

Un oiseau
Qui se retourne
Et ne voit rien du vent
Qu’il a brassé

Où est l’amour
Et que s’est-il passé ?
Ces derniers dix
Mille ans

(Werner Lambersy)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Qui pour prétendre (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2015



Qui pour
Prétendre avoir un jour
Fait l’amour
S’il ne sent pas
Le vent dans l’herbe
Qui respire
L’azur
Comme un plongeur
Livré
A l’ivresse des hauts
Fonds

L’eau de pluie
A cloche-pied dans
La marelle d’une flaque
La source
Qui éveille la montagne
Où dort le magma
Paresseux
Sous
La moustiquaire légère
Des galaxies

Qui pour prétendre
A l’amour s’il n’est pas
Le dernier arbre

Avant la porte du désert

(Werner Lambersy)

Illustration: Mathieu Levis

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De la bouche au ventre (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2015



Comme l’eau
qui veut tout connaître et court
sans cesse

Comme le vent
qui ne veut rien savoir et se cogne
dans tout

Comme le feu
qui ne peut que danser sur la terre

Et la terre
qui dans le ciel promène le bleu
de sa lampe de poche

Nous qui de la bouche au ventre

Allons nouer comme des crêtes
les grands éclairs noirs
du désir

(Werner Lambersy)


Illustration: Pascal Renoux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La première fille (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2015



La première
fille
que j’ai vue
aussi nue
qu’un jardin
en hiver
son frère
me l’avait
échangée
contre
des billes
au regard
de félins

Je mourais
de méningite
cérébrale
et ne savais
rien
de nos douze
ans
ni du jeu
de marelle
sous les jupes
Elle a dit oui
d’accord
je t’aime bien
tu sais

Puis
ôtant sa robe
à dix sous
je vis
ce qu’il y
avait dessous
Et même
dans ses yeux
ronds
aussi
parfaits
qu’un Parthénon
quand
ma mort s’en alla
entre
ses mains
de petite ménagère
des miracles
du corps

(Werner Lambersy)


Illustration: Sylvia Postel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les gardiens (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2015



Que sagement le rectangle
gouverne nos villes
et nos vies

qu’il protège nos songes
des cercles où s’égare
le ciel

aux courbes appartiennent
nos épouses et c’est bien

dehors les gardiens
du gel pur de nos pensées

arpentent aveuglés
les terrasses de nos sens

(Werner Lambersy)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelque part enfin (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2015



quelque part enfin
sans être au centre
l’espace
sans être solitaire

(Werner Lambersy)


Illustration retirée sur demande de l’artiste

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Parmi les choses qui passaient près de nous (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2015



Parmi les choses
qui passaient près de nous

La parole s’attardait
et le chant
aimait rester un peu

Puis ils partaient

On les voyait de dos
devenir tout petits

Oubliant derrière eux
les silencieux bagages
de la bouche

(Werner Lambersy)


Illustration: Gilbert Garcin

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :