Arbrealettres

Poésie

Archive for 29 mai 2015

… mais ainsi soit-il (Eugenio Montale)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2015


 


… mais ainsi soit-il.

Un éclat de trompette
dialogue avec les essaims de la chênaie.
Dans la coquille où le soir se reflète
un volcan peint fume gaiement.

La monnaie enchâssée dans la lave
brille elle aussi sur la table et retient
quelques feuillets. La vie qui semblait vaste
est plus brève que ton mouchoir.

***

… ma cosi sia. Un suono di cornetta
dialoga con gli sciami del querceto.
Nella valva che il vespero riflette
un vulcano dipinto fuma lieto.

La moneta incassata nella lava
brilla anch’essa sul tavolo e trattiene
pochi fogli. La vita che sembrava
vasta è più breve del tuo fazzoletto.

(Eugenio Montale)


Illustration: Hokusaï

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

ÉLÉGIE (Eugenio Montale)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2015




ÉLÉGIE

Ne bouge pas.
Si tu bouges tu le brises.
Comme une grande bulle de cristal mince
ce soir, est le monde :
il gonfle il gonfle il monte.
Qui d’entre nous
croyait en épier le rythme et le souffle ?

Mieux vaut ne pas bouger.
C’est un bleu d’eau profonde
qui nous enveloppe,
en lui
pullulent formes images arabesques.
Ici pas de lune pour nous :
c’est plus loin qu’elle doit s’arrêter :
les confins du visible en écument.

Fleurs d’ombre
jamais vues, imaginées,
vergers emprisonnés
par deux murs,
parfums entre les doigts des potagers !
Nuit sombre, crées-tu des fantômes ou berces-tu
dans tes bras un monde ?

Ne bouge pas.
Comme une bulle immense,
tout gonfle, tout monte.
Et toute cette fausse réalité
explosera
peut-être.
Nous, nous resterons peut-être.
Nous peut-être.
Ne bouge pas.
Si tu bouges tu le brises.

Tu pleures ?

(Eugenio Montale)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

Vérité irréductible (Gaston Miron)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2015



Vérité irréductible
O ton visage comme un nénuphar flottant
et le temps c’est le choeur des aulnes
regretter continu sur des rives insensées

ton âme est quelque part
sur les collines de chair oubliée
et le temps c’est mon soulier
creuser contre le ciel

vivre mon angoisse poudrait
éclairait l’obscure arête de ma transparence
le temps c’est ton visage à aimer blanc

dans cette ville qui m’a jeté ses mauvais sorts
ton passage dure encore creuset de feu
le temps c’est une ligne droite et mourante
de mon oeil à l’inespéré

(Gaston Miron)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Qu’est-ce que ça nous fait à nous (Pierre Morhange)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2015



Qu’est-ce que ça nous fait à nous
Pères de trente à quarante ans
Ayant réfléchi
Cette jeune fille
Qui se fait photographier
Dans le Jardin des Plantes?

(Pierre Morhange)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Bien plus doux (Pierre Morhange)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2015



Les arbres dont les fleurs sont nés
Sont bien plus doux que les regards
Des gens de ce pays
De ce pays où je passe
Où je passe ma vie.

(Pierre Morhange)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

Dans la vieille tour (Pierre Morhange)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2015



La ronde d’enfants aux cris jeunes
Sonne mon vieil âge dans ma poitrine
C’est une volée cruelle et belle
Dans la vieille tour dont toutes les pierres songent.

(Pierre Morhange)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

O l’odeur d’herbe en plein hiver (Pierre Morhange)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2015



O l’odeur d’herbe en plein hiver,
Tu réveilles trop tôt mon coeur.

(Pierre Morhange)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

PENSÉE BISCORNUE (Pierre Morhange)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2015




PENSÉE BISCORNUE

A trois mètres de haut
La vie bien différente
Déjà loin de nos cerveaux,
C’est la mousse des toits campagnards
La parfaite couleur de l’usure

Un gros rocher comme une citrouille
Les fumées, les oiseaux, la rêverie
Les lucarnes, les formes biscornues
Le coin d’un escalier, le noir d’une trappe
Ce qui se promène la nuit
Ce qui n’ayant nulle peur de l’ombre
Y mange, y court, y vit
Ce qui ne donne à quiconque
L’envie d’y aller
Ce qui est personnel comme un chat
La vie délicieuse à trois mètres de haut.

(Pierre Morhange)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Apnée (Bernard Montini)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2015



Apnée pugnace
de son entêtement d’un ailleurs
jusqu’à l’asphyxie
de son ombre

(Bernard Montini)


Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Pantomime (Paul Verlaine)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2015



 

Georges Barbier_5

Pantomime

Pierrot, qui n’a rien d’un Clitandre,
Vide un flacon sans plus attendre,
Et, pratique, entame un pâté.

Cassandre, au fond de l’avenue,
Verse une larme méconnue
Sur son neveu déshérité.

Ce faquin d’Arlequin combine
L’enlèvement de Colombine
Et pirouette quatre fois.

Colombine rêve, surprise
De sentir un coeur dans la brise
Et d’entendre en son coeur des voix.

(Paul Verlaine)

Illustration: Georges Barbier

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :