Arbrealettres

Poésie

Archive for 19 juin 2015

Plus proche toujours de la brisure (Elie-Charles Flamand)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2015



Plus proche toujours de la brisure de la foudre
Et le paysage éventé se renonce

(Elie-Charles Flamand)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la sieste (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2015



Retouche à la sieste

moustique à ma cheville
m’éveille

le même il y a un demi-siècle
à cette même terrasse

qu’ai-je entre temps été

(Daniel Boulanger)

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

LES PENSÉES (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2015




LES PENSÉES

Je n’aurai rien compris que les pensées réelles
qu’on plantait au printemps sous le mur des remises
la beauté de couleur profonde, les pensées
qui regardaient le temps de la terre sans feuilles
et voyaient d’un regard obstiné l’essentiel
nues, minimes, sans rien, sans rien d’autre que l’oeil.

(Henry Bauchau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

LA GLYCINE (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2015




LA GLYCINE

Sur le mur de crépi robuste, mur ancien
la glycine étendait sa puissance fragile.
Plus tard cette beauté de plante, larmes bleues
et beau rire oublieux, délié, rire en larmes
m’a fait penser à cette image plus parfaite
et la plus menacée de la terre, à la langue
en grand secret du coeur aimée déjà, choisie
d’un coeur d’enfant qui ne voulait pas de raison.

(Henry Bauchau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sens (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2015



Par la déchirure du sens
dans l’éternité sans vocables

(Henry Bauchau)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

La salle d’attente (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2015



Je suis dans la salle d’attente
Un jeune homme mélancolique y était avant moi
Il est beau, il semble habillé de noir, il passe le premier.
Je ne le reverrai plus.
Les murs sont pâles avec les lambris blancs
Des salons de naguère.
Il y a trois fauteuils rouges,
des illustrés crient sur les tables basses
Le ciel, peut-être
Forme sur le parquet des ombres de lumière.
Je suis cela, l’attente, l’illusion
Le jeune homme vêtu de gris
Le rouge obscurci des trois juges
Le travail insensé, incessant des voitures
Et le soleil sevré, altéré de septembre
Qui grandit, qui guérit
Au milieu des nuages.

(Henry Bauchau)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De jour tu écris le poème qui écrit en toi la nuit (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2015



Entrer enfin
s’enfoncer
dans le verbe
Se perdre
dans la chair
des mots
toute en femme et toute en lumière

Faire
laisser se faire
les gouffres, les ponts
les passages
l’abîme
De jour tu écris le poème
qui écrit
en toi
la nuit

(Henry Bauchau)


Illustration: Mustapha Merchaoui

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Virgule (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2015



Dans la phrase obscure du temps
virgule

(Henry Bauchau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Dépose-toi fardeau (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2015



Ecoute
Vois
ce qui va
sans chemin
Ce qui aspire
respire
en toi
sans chemin
et sans toi

Ecoute
la parole du monde

Dépose
dépose-toi
fardeau

(Henry Bauchau)


Illustration: Dali

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Eloge du bleu (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2015



Eloge du bleu

Les grandes ailes
Qui traversent la mer
Portent ton oiseau noir
Jusqu’à l’obscur
Etincelant

(Henry Bauchau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :