Arbrealettres

Poésie

Archive for 23 juin 2015

Comme revenant de la guerre (Nico Naldini)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2015



Comme revenant de la guerre
on se rencontre, on se tend la main
mais on ne s’interroge pas sur les derniers combats
ou sur le profil des ennemis.
Notre regard se croise
là où i1 n’y aura de caresse pour personne
ni d’yeux luisants comme des astres, ni de baisers.
Quel étrange regard, quelle divergence.

***

Come chi torna dalla guerra
ci si incontra e ci si dà la mano
ma non si chiede delle ultime battaglie
o del profilo dei nemici.
Il nostro sguardo si incontra
dove non ci saranno carezze per nessuno
né occhi lucenti come astri, né baci.
Che sguardo strano, the divergenza.

(Nico Naldini)


Illustration: Catherine Thiam-Vernanchet

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’envie les chiens (Nico Naldini)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2015



J’envie les chiens
qui n’auront pas de sépulture.
En auront une
les êtres qui ne savent pas
que mourir est un vent
qui s’éloigne
et que le vent est le temps
qui sema les roses
changeant la robe du ciel
et son parfum.

***

Invidio i cani
che non avranno sepoltura.
L’avranno
gli esseri che non sanno
che morire è un vento
che va lontano
e il vento è il tempo
che seminò le rose
mutando le vesti del cielo
e i suoi odori.

(Nico Naldini)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La rosée est tombée (Fujiwara Sadaie)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2015



Sur la blancheur brodée de la manche des adieux
la rosée est tombée
Dans la couleur d’un vent d’automne
qui nous glace le coeur

(Fujiwara Sadaie)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

« Disparu » (Ikadai Kaichi)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2015



Il n’avait pas dix ans
qu’il a dû travailler
« Disparu »,
dit-on aux maîtres d’une école
où il ne viendra plus

(Ikadai Kaichi)


Illustration: Jeremy Moncheaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

San Babila (Leonardo Sinisgalli)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2015



 

bouquet

San Babila

Il entraîne, le vent du soir,
Accrochées à leurs parasols de couleur
Les petites bouquetières
Qui gaiement poussent des cris dans les mailles.
Comme des hirondelles aux gouttières
Elles resteront suspendues dans l’air,
Les vendeuses de dahlias,
Maintenant que le vent du soir
Gonfle leurs parasols comme des montgolfières.

***

San Babila

Trascina íl vento della sera
Attaccate agli ombrelli a colore
Le piccole fioraie
Che strillano gaie nelle maglie.
Come rondini alle grondaie
Resteranno sospese nell’aria
Le venditrici di dalie
Ora che il vento della sera
Gonfla gli ombrelli a mongolfiera.

(Leonardo Sinisgalli)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’Olona (Leonardo Sinisgalli)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2015



 

Olona  2

L’Olona

L’aube regarde avec des yeux d’agnelle.
La lumière est blanche et fixe,
Pour qu’elle bouge il suffit que cette
Colombe tourne la tête.
Clarté prise dans le brou,
Voici que le chant du coq
Et le sang de sa crête
Mettent le feu et la bagarre.

***

L’Olona

L’alba guarda con occhi d’agnella.
La luce è bianca e fissa,
Basta a muoverla quella
Colomba in un giro di testa.
Chiarezza chiusa nel mallo,
A metter fuoco e rissa
Ecco il canto del gallo
E il sangue della cresta.

(Leonardo Sinisgalli)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il y a cinquante ans (Ernest Lavisse)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2015



Est-ce qu’il pleuvait? certainement.
Mais est-ce que l’eau mouillait, il y a cinquante ans?

(Ernest Lavisse)

Illustration: Michel Chansiaux

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , | 3 Comments »

LE POÈTE (Alfred de Musset)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2015



LE POÈTE

Du temps que j’étais écolier,
Je restais un soir à veiller
Dans notre salle solitaire.
Devant ma table vint s’asseoir
Un pauvre enfant vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Son visage était triste et beau :
A la lueur de mon flambeau,
Dans mon livre ouvert il vint lire.
Il pencha son front sur sa main,
Et resta jusqu’au lendemain,
Pensif, avec un doux sourire.

Comme j’allais avoir quinze ans
Je marchais un jour, à pas lents,
Dans un bois, sur une bruyère.
Au pied d’un arbre vint s’asseoir
Un jeune homme vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Je lui demandai mon chemin ;
Il tenait un luth d’une main,
De l’autre un bouquet d’églantine.
Il me fit un salut d’ami,
Et, se détournant à demi,
Me montra du doigt la colline.

A l’âge où l’on croit à l’amour,
J’étais seul dans ma chambre un jour,
Pleurant ma première misère.
Au coin de mon feu vint s’asseoir
Un étranger vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Il était morne et soucieux ;
D’une main il montrait les cieux,
Et de l’autre il tenait un glaive.
De ma peine il semblait souffrir,
Mais il ne poussa qu’un soupir,
Et s’évanouit comme un rêve.

A l’âge où l’on est libertin,
Pour boire un toast en un festin,
Un jour je soulevais mon verre.
En face de moi vint s’asseoir
Un convive vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

(Alfred de Musset)


Illustration: René Magritte

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Post-scriptum (Nico Naldini)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2015



Post-scriptum

Souvent encore en rêve
je remonte jusqu’à l’inconfort
de notre grenier,
jusqu’à l’accumulation de notre passé
tombé dans une telle poussière
sous le vertige des poutres
frémissant à chaque orage.
Les détritus de notre vie
volent 1à-haut
sans négliger encore
leur plainte.

***

Post-scriptum

Spesso ancora nei sogni
m’innalzo allo sconforto
del nostro solaio,
all’accumulo del nostro passato
caduto in tanta polvere
sotto la vertigine delle travi
frementi a ogni temporale.
Lassù volati
i detriti delle nostre vite
ancora non tralasciano
Il loro lamento.

(Nico Naldini)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sereine clarté (Ôtomo no Yakamochi)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2015



Sereine clarté du soleil printanier une alouette monte au ciel
Et mon coeur solitaire s’abîme dans ses pensées

(Ôtomo no Yakamochi)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :