Arbrealettres

Poésie

LE BUFFET (Gérard Noiret)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2015




LE BUFFET

Sommé de se taire, bon
tout juste bon à signer des chèques,
il est au fond un père Goriot qui s’ignore.
S’il place et déplace et replace les verres,
il n’a plus envie de consentir
au moindre effort… Il pleut,
il pleut sur bien plus qu’aujourd’hui.
Dans les tiroirs s’ensablent
les fèves d’anciennes épiphanies.

(Gérard Noiret)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :