Arbrealettres

Poésie

Archive for 22 juillet 2015

Comme un vieux Chinois… (Pierre Menanteau)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2015




Comme un vieux Chinois qui peint avec art
Une libellule, un jonc qui s’incline
Vers le double éclat d’un beau nénuphar,
Est-ce toi, crapaud, dont le chant dessine

Sous la lune bleue un monde moins froid?
Un souffle invisible attendrit l’espace.
Les monts embrumés allègent le poids
Qui comprime encor la claire surface.

(Pierre Menanteau)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Soudain (André du Bouchet)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2015


heart_of_snow

J’occupe soudain
ce vide en avant de toi

(André du Bouchet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Oui (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2015


oui

La syllabe frêle,

chaleureuse,

enfin ce serait oui.

(Pierre Dhainaut)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

VIVRE SEUL (Franz Hellens)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2015



VIVRE SEUL

Vivre seul ai-je dit mais ce mur blanc
Face au soleil dont le crépi s’écaille
Comme la croûte du lait cuit dans une jarre
Me rappelle une faim qui n’a rien de naïf.

Vivre seul ? Mais ce bel olivier qui s’agite
Au vent frais de la côte et qui m’offre ses fruits
Gonflés d’huile, nombreux comme un essaim d’abeilles
Me rappelle une foule autrement agitée.

Vivre seul ? Mais la mer à mes pieds étalée
Comme un plat d’émail bleu qui ne sert qu’au regard
Me rappelle une pauvre et farouche douleur
Perdue au gouffre azur d’une ville fardée.

(Franz Hellens)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Adieu (Franz Hellens)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2015



 

femme mouette [1280x768]

Adieu
Fille détachée
Mouette de ma pensée
Ailes de mon désir
Frisson d’une âme qui s’oublie

Rase un moment la mer
Que j’aperçoive encore ce qui reste
De mon souffle et de ma figure
Deux ailes et cet oeil toujours ouvert

Jusqu’à cet horizon dont la ligne terrestre
Marque les bornes de la vie
Comme au soir le soleil d’un sursaut se replie
Disparais de ma vie

Adieu fille de ma chair âme de mon esprit
Le temps a fait de ma journée un crépuscule
La nuit va me couvrir de sa marée d’étoiles
Tu seras le matin dont je ne me souviens plus.

(Franz Hellens)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

APPARENCES (Franz Hellens)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2015



 

APPARENCES

L’eau que je bois dans ce verre
Etait nuage et reflet,
Mon âme s’y désaltère
Et ma bouche s’y complaît.

Une goutte de rosée
Pendait à la corniche du ciel
Comme le diamant d’une pensée
Brille à la gorge de l’éternel.

Le reflet que me renvoie
La profondeur de ce puits
Est une larme qui luit
Dans l’azur où je me noie.

Bois ce reflet, cette goutte,
Et lève les yeux au ciel
Vers cette vérité qui s’ajoute
A l’apparence du réel.

(Franz Hellens)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que tout se concentre (Bernard Delvaille)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2015


Le Renoncement

Que tout se concentre
en un mot
que le souvenir n’ait de but
que la tache noire
où l’on boit le renoncement

(Bernard Delvaille)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Comme un cri (François de Cornière)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2015


cri

Et pouvoir se lever
au jour
comme
un cri

(François de Cornière)

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Au dedans de moi (Roger Giroux)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2015


muet

J’habite au dedans de moi
un espace muet.

(Roger Giroux)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

ÉPITAPHE (Franz Hellens)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2015



 

great-sphinx  [1280x768]

ÉPITAPHE

Que la terre lui soit légère
Qui garde ses racines mais lui a pris
La tige où se haussaient la fleur et la semence.
Il n’est de lourd
Sur lui que le plafond du ciel immense
Dont chaque étoile était, comme les yeux du sphinx,
Une insondable énigme.

(Franz Hellens)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :