Arbrealettres

Poésie

N’est-il pas trop tôt pour courir la page (Claudine Bertrand)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2015


goutte_parapluie

N’est-il pas trop tôt pour courir la page

Le désir est un passant

La peau recueille le sens
comme la vitre la buée

Un chemin roule au bord
du regard incliné

L’amour cherche un corps
pour remplir son abîme

La lumière nimbe une silhouette
puis la mange

Un souffle s’éloigne

(Claudine Bertrand)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :