Arbrealettres

Poésie

Archive for 5 août 2015

Le mur invisible (Henri-Frédéric Blanc)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2015


229548131

Quel est ce mur invisible
entre moi et les autres?
Est-il fait de mes hontes
ou de la peur qu’ils ont?

(Henri-Frédéric Blanc)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 4 Comments »

Le seul moyen de me retrouver un visage (Charles Dobzynski)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2015


SANTA_CECILIA_IN_TRASTEVERE_03

– Colle-toi de toutes forces
à cette vitre invisible,
à cette peau
dont je tente de t’arracher
ta délivrance.

– Je cogne, cogne,
sur la paroi d’un mutisme
qui me perfore,
et je disparais
dans les intervalles.

– Si c’est toi qui remues
sous le drap,
tu resurgiras plus sombre,
imprimée,
là où je te touche
tu deviens de plus en plus
écriture.

– Est-ce toi qui me suis
ombre dans l’ombre
sueur dans mes plis
éboulis dans mes veines?

– Je cherche à m’échapper
en claquant la porte
de ton image.

– Où est ton île
battue des vents et des voiles?

– J’ai perdu mes rivages
je n’habite plus qu’un contour.

– Je navigue sans port d’attache
sans étape annoncée
la dérive est le seul moyen
de me retrouver un visage.

(Charles Dobzynski)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le langage des yeux (Henri-Frédéric Blanc)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2015


3799156327_ed3930144d

Le langage des yeux
ignore le vouvoiement
et va plus loin dans le tutoiement
que le tutoiement même.

(Henri-Frédéric Blanc)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Tant pis! (Charles Dobzynski)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2015


58321-bureau-desordre-surf-travail-productivite

Tant pis! j’ai besoin de ma dose
de désordre
pour me survivre.

(Charles Dobzynski)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Le chardonneret (Pier Paolo Pasolini)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2015




Le chardonneret

Amour, ni le sang
ni le corps ne te louaient,
le chardonneret seul te louait
en mourant dans le filet.

Amour, ni le sang
ni le corps ne te pleuraient,
le chardonneret seul te pleurait
en mourant dans le filet.

Amour, ni le sang
ni le corps ne te criaient,
le chardonneret seul criait ton nom
en riant au ciel.

(Pier Paolo Pasolini)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout le dedans est à exclure, de l’ordre du dehors (Charles Dobzynski)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2015


magritte

– Si tu passes la main hors lisière
tu risques de la perdre,
agrippée par les ébauches
des gestes inassouvis.

– Si tu glisses tes yeux hors lisière
tu risques qu’ils soient piégés
par une nuit cadenassée
la nuit de tout cela
que tu n’auras pas vu
ni voulu voir.

– Faut-il s’enliser in situ
pour habiter du vivant?

– Tu pourrais camper
dans les andains de la géographie,
t’extirper des plaies
par la grille des déchiffrements.

– Mais que sont tes mots,
sinon confusion
ou contusions de la langue?

– Tout le dedans est à exclure,
de l’ordre du dehors
pour rendre le temps réversible.

– Tu es raturé par ce que tu n’es pas
qui veut corriger ce que tu crois être.

– Parfois à l’aube, tu te couvres
du givre,
de ce qui reste informulable.

(Charles Dobzynski)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Amour, mon amour (Pier Paolo Pasolini)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2015




Amour mon amour,
où es-tu mon Amour,
Amour es-tu sur les cils
sur les pieds ou dans les cheveux?

Amour mon amour,
Amour es-tu dans le sein
où la soie
est une nuée qui geint?

Ah, bienheureuse alouette
criant d’allégresse
dans ces yeux qui ne voient pas
l’Amour qui les embrase!

(Pier Paolo Pasolini)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne possède plus rien (Charles Dobzynski)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2015



flandrin_hippolyte_1805-1864_-_jeune_homme_nu_assis_1855_-_louvre

 

– Je ne possède plus rien
qu’une moitié de moi-même.
Qui recollera
l’autre moitié de mon parcours
encore dans le noir?

– Le noir, travaille-le
à l’empêtre à la pâte,
tisonne-le dans l’être,
chauffe-le à blanc,
qu’il te dénude,
asséché peut-être,
il te rendra la vue.

– Parfois je m’esquive
par les failles du feu qui me brûle
et j’emporte mes cendres.

(Charles Dobzynski)

Illustration: Hippolyte Flandrin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les songes (Charles Dobzynski)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2015


tupy073h

Les songes ne sont rien que des judas
et le réveil la cicatrice du sommeil.

(Charles Dobzynski)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

A Rosari (Pier Paolo Pasolini)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2015




A Rosari

Sur terre la chair est pesante
au ciel elle est lumière.
Pauvre garçon, ne baisse pas les yeux,
si dans ton coeur l’ombre pèse.

Ris, jeune homme léger,
en sentant dans ton corps
la terre chaude et sombre
et le ciel frais et lumineux.

Dans la pauvre église
ton ombre est pleine de péchés,
mais dans ta lumière légère
rit le destin d’un pur.

(Pier Paolo Pasolini)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »