Arbrealettres

Poésie

Archive for 5 septembre 2015

Celui qui part, laissons-le partir (Issa Makhlouf)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2015



Celui qui part, laissons-le partir.
Nous n’avons pas à détourner le fleuve de son cours,
à contrer la pérégrination du nuage.
Celui qui part, même s’il nous revient un jour,
ne reviendra plus.
Car son retour se sera effectué du côté de l’absence
dont il nous menacera sans cesse alors qu’elle fut jadis
un mystère lové dans son visage.

Le visage passe, et sa beauté demeure.
La lampe s’éteint, et sa lumière persiste.

Celui qui part, laissons-le partir.
Ne le suivons pas à la trace,
ne l’appelons pas,
et n’ayons nul regret
de ne pas lui avoir dit le dernier mot.

À quoi bon l’attendre,
alors qu’il est sorti du cercle de notre attente ?

En dehors de l’attente, nous n’avons plus besoin de l’autre.
Nous en avons fini avec lui
comme lorsque nous refermons un livre
et nous abandonnons au sommeil.
Puis, à notre réveil,
nous voyons passer le temps,
accompagné de nos corps poignardés
mais ne perdant pas de sang.

(Issa Makhlouf)

Illustration: Ryszard Miłek

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Prince amer (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2015



Georges-Emmanuel Clancier 9

Prince amer

Quel livre me dira le nom
Du prince amer qui me dit non?

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

La poésie n’attend que notre regard (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2015



Pour être,
la poésie n’attend que notre regard.

(Andrée Chedid)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Face à face (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2015



Face à face

Attelée à la vie
La mort
Échappe
A sa détresse

Chevillée à la mort
La vie
Mise
Sur l’éclosion.

(Andrée Chedid)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand je me sens prêt à mourir (Jean-Claude Pirotte)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2015



Quand je me sens prêt à mourir
chaque matin et chaque soir
j’entends soudain la mer venir
et s’emparer des mes peaux mortes

Alors je remets à demain
les derniers codicilles noirs
d’un testament indéchiffrable
et je renonce à la lumière

Pour en sauver le souvenir

(Jean-Claude Pirotte)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Claude Monet  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La fêlure (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2015



La fêlure

au creux oblique
d’une à-peine naissance
la fêlure
qui feule en toi
inonde
la plaie du monde

(Andrée Chedid)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ode (Valery Larbaud)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2015



Ode

Prête-moi ton grand bruit, ta grande allure si douce,
Ton glissement nocturne à travers l’Europe illuminée,
Ô train de luxe ! et l’angoissante musique
Qui bruit le long de tes couloirs de cuir doré,
Tandis que derrière les portes laquées, aux loquets de cuivre lourd,
Dorment les millionnaires.
Je parcours en chantonnant tes couloirs
Et je suis ta course vers Vienne et Budapesth,
Mêlant ma voix à tes cent mille voix,
Ô Harmonika-Zug !

J’ai senti pour la première fois toute la douceur de vivre,
Dans une cabine du Nord-Express, entre Wirballen et Pskow.
On glissait à travers des prairies où des bergers,
Au pied de groupes de grands arbres pareils à des collines,
Étaient vêtus de peaux de moutons crues et sales…
(Huit heures du matin en automne, et la belle cantatrice
Aux yeux violets chantait dans la cabine à côté.)
Et vous, grandes places à travers lesquelles j’ai vu passer la Sibérie et les monts du Samnium,
La Castille âpre et sans fleurs, et la mer de Marmara sous une pluie tiède !

Prêtez-moi, ô Orient-Express, Sud-Brenner-Bahn , prêtez-moi
Vos miraculeux bruits sourds et
Vos vibrantes voix de chanterelle ;
Prêtez-moi la respiration légère et facile
Des locomotives hautes et minces, aux mouvements
Si aisés, les locomotives des rapides,
Précédant sans effort quatre wagons jaunes à lettres d’or
Dans les solitudes montagnardes de la Serbie,
Et, plus loin, à travers la Bulgarie pleine de roses…

Ah ! il faut que ces bruits et que ce mouvement
Entrent dans mes poèmes et disent
Pour moi ma vie indicible, ma vie
D’enfant qui ne veut rien savoir, sinon
Espérer éternellement des choses vagues.

(Valery Larbaud)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration: Murad Sayen

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nevermore (Valery Larbaud)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2015



Edward-Hopper-reenchante-

Nevermore

Nevermore !… et puis zut !
Il y a des influences astrales autour de moi.
Je suis immobile dans une chambre d’hôtel
Pleine de lumière électrique immobile…
Je voudrais errer, à l’aube jaune, dans un parc
Vaste et brumeux, et tout rempli de lilas blancs.
J’ai peur d’avoir d’horribles cauchemars ;
Et il me semble que j’ai froid tant il fait clair.
Peut-être que j’ai faim de choses inconnues ?

Ah ! donnez-moi le vent du soir sur les prairies,
Et l’odeur du foin frais coupé, comme en Bavière
Un soir, après la pluie, sur le lac de Starnberg,
Ou bien encore les sentiments que j’avais il y a un an,
Regardant de la passerelle de mon yacht
S’ouvrir la baie verte et rose de Gravosa.

(Valery Larbaud)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Au petit bonheur (Edmond Radiguet)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2015



Au petit bonheur

Au-dessous de zéro

Les visages sont muets

Tant mieux tu ne saurais plus dire Au revoir
La Belle saison est ailleurs On s’y fait
Et depuis que nous avons les jeux de hasard
Il a fallu mettre une rallonge à la table
En dépit du bon sens,
Ce jour fut le plus court de l’année
Divers prénoms
Un autre bien plus joli
En vain j’effeuille l’éphéméride
Encore une année trop courte
Pour toutes les fêtes à souhaiter

(Edmond Radiguet)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Automne (Edmond Radiguet)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2015



Automne

Tu le sais, inimitable fraise des bois
Comme un charbon ardent aux doigts de qui te cueille :

Leçons et rires buissonniers
Ne se commandent pas.

Chez le chasseur qui la met en joue
L’automne pense-t-elle susciter l’émoi
Que nous mettent au coeur les plus jeunes mois ?

Blessée à mort, Nature,
Et feignant encor
D’une Ève enfantine la joue
Que fardent non la pudeur mais les confitures
Ta mûre témérité
S’efforce de mériter
La feuille de vigne vierge.

(Edmond Radiguet)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha


Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :