Arbrealettres

Poésie

J’APPRIVOISE LE BLÉ (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2015


 


 

Chelìn Sanjuan 1967 - Spanish Magical Realism painter - Tutt'Art@ (24)

J’apprivoise le blé
ma moisson la plus fraîche
a pris le ton de l’or.

Mes yeux sont pris au piège
d’une grande clarté
le doux champ d’une tête
le doux frisson de la plus douce gerbe
mon coeur est pris au piège
d’une pure clarté.

Un ange est descendu dans l’herbe mûre
dans l’herbe fraîche un ange
a taillé son vêtement terrestre
et le voici qui vient pour me juger
et me voici qui l’aime
vêtu de sang glacé.

Jeune fille de l’aube
ma première blondeur
après la longue nuit de tant de chevelures
le jour de tes cheveux
après le long orage de combien d’yeux nocturnes
les deux étoiles vertes
de ton calme ciel soleilleux.

(Alain Borne)

Illustration: Chelìn Sanjuan

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :