Arbrealettres

Poésie

Jours de 1903 (Constantin Cavafy)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2015



 

Charles Courtney Curran  In-the-Luxembourg-Garden-Charles-Courtney-Curran-1889-Terra-Foundation-for-American-Art

Jours de 1903

Jamais je ne les ai retrouvés, ces choses si vite perdues.
Les yeux pleins de poésie, le pâle visage
dans la rue où le sombre descend.

Jamais je ne les ai retrouvées, ces choses conquises par hasard,
que j’ai laissé se perdre si aisément, mais qu’ensuite
j’ai désiré si fort avec angoisse.

Les yeux pleins de poésie, le pâle visage, et ces lèvres
dans la rue où le sombre descend.
Jamais je ne les ai retrouvés.

(Constantin Cavafy)

Illustration: Charles Courtney Curran

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :