Arbrealettres

Poésie

Archive for 13 septembre 2015

Sous la pleine lune (Kawai Chigetsu)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2015



pleine-lune-corbeau

Sous la pleine lune
Les corbeaux craintifs
Réfrènent leur voix

(Kawai Chigetsu)

Découvert chez Lara ici

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Je porte mes orages sur mes épaules (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2015




Alors que le ciel plonge ses racines dans le sol
Au milieu des heures souriantes
Je crucifie le temps
Sensible aux appels
Je suis plusieurs vélléités
Plusieurs désirs d’être
Et incarne de multiples personnages
Qui sont ce que je suis
Devant l’écho muet des jours anciens
Je porte mes orages sur mes épaules

(Jean-Baptiste Besnard)

Illustration: Gilbert Garcin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UNE STATION (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2015



 

peinture-femme-ligotee-prison-ecole-italienne-19e [1280x768]

UNE STATION

Tu es liée sur un îlot au milieu de la mer
Un lépreux te nourrit de ses mains pourries
A tes côtés un ours et un cerf sont liés
Tu es liée entre le cerf et l’ours
Et l’ours et le cerf t’ont dit pour te consoler
Que ce n’est là qu’une station.

(André Pieyre de Mandiargues)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme la peau (Luis Cernuda)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2015



Wei Jia_ yearning-for-ease [1280x768]

Comme la peau

Fenêtre orpheline aux cheveux d’habitude,

Cris du vent,
Atroce paysage entre cristal de roche,
Prostituant les miroirs vivants,
Fleurs clamant à grands cris
Leur innocence antérieure aux obésités.

Ces cavernes aux clartés vénéneuses
Saccagent les désirs, les dormeurs ;
Clartés comme langues fendues
Pénétrant les os jusqu’à trouver la chair,
Sans savoir qu’au fond il n’y a pas de fond,
Il n’y a rien, qu’un cri,
Un cri, un autre désir
Sur un piège de pavots cruels.
Dans un monde de barbelés
Où l’oubli vole en dessous du sol,
Dans un monde d’angoisse,
Alcool jaunâtre,
Plumes de fièvre,
Colère dressée vers un ciel de honte,
Un jour de nouveau ressurgira la flèche
Abandonnée par le hasard
Quand une étoile meurt comme l’automne pour oublier
son ombre.

(Luis Cernuda)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Wei Jia

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vieillir comme un arbre (Claude Esteban)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2015


Idun

 

Vieillir comme un arbre, avais-je
écrit

et je m’enfonçais lentement
sous la terre.

(Claude Esteban)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 3 Comments »

La mer (André Durand)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2015


grande-vague-hokusai

La mer n’est jamais présente
qu’en chacune de ses vagues, –
et chacune la cache
(la vague meurt, la mer n’apparaît pas).

(André Durand)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Une mort (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2015


2syhyj9z

 

Je recèle une mort enfermée dans mon coeur,
Qui me suit pas à pas, me parfait, me protège…

(Maurice Fombeure)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Se reconnaître (Platon)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2015


Janmot_Vol_Ame

 

L’âme aussi, si elle veut se reconnaître,
devra se regarder dans une âme.

(Platon)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , | 1 Comment »

LE SILENCE L’OUBLI LA MORT (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2015



 

Giampaolo Ghisetti 1414_1_ak [1280x768]

Le silence l’oubli la mort
Ponts noirs ponts froids ponts jetés sur le courant
Du clair regard brûlant
Où tremble ma vie dans la tienne.

(André Pieyre de Mandiargues)

Illustration: Giampaolo Ghisetti

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’HABITUELLE (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2015



 

porte [1280x768]

L’HABITUELLE

Elle est nue noire et blanche
Elle appuie sa bouche à la fenêtre
Au-dessus d’un petit jardin moisi.

Qu’il fasse beau qu’il pleuve
Qu’elle pleure ou qu’elle rie
Elle est toujours semblable à elle-même
Et les passants ne la regardent plus malgré sa grande beauté.

Elle est habituelle et hautaine
Comme toutes les portes closes
De toutes les maisons de ce pays luthérien.

(André Pieyre de Mandiargues)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :