Arbrealettres

Poésie

Archive for 22 septembre 2015

Soleil (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2015




Soleil lion du ciel
toi qui la regardes
regarde-moi
Idole qui ne regarde personne
regarde-nous
Le ciel tourne et change et reste identique
où es-tu?
Je suis seul face au soleil et aux gens
tu étais corps tu fus lumière tu n’es rien
Un jour je te rencontrerai dans un autre soleil

***

Sol león del cielo
tú que la miras
mírame
Idolo que a nadie miras
miranos
El cielo gira y cambia y es idéntico
¿dónde estás?
Yo estoy solo frente al sol y la gente
tú eras cuerpo fuiste luz no eres nada
Un día te encontraré en otro sol

(Octavio Paz)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

VENT ET NUIT (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2015





VENT ET NUIT

Heure de vent,
nuit contre la nuit,
ici, dans ma nuit.

Le vent taureau,
court, s’arrête, tourne,
va-t-il quelque part ?

Vent courroucé :
aux carrefours
l’âme se brise.

Comme moi-même,
colère accumulée
sans dénouement.

Vers où suis-je ?
Le vent vient et va.
Ni ici ni là.

Miroir aveugle.

(Octavio Paz)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Non-vision (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2015




Non-vision

Heure nulle, citerne
où ma pensée
elle-même se boit.

Un instant immense
j’ai oublié mon nom.
Peu à peu je dénais,
diaphane avènement.

(Octavio Paz)

Illustration: Odilon Redon

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

ÉNIGME (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2015




ÉNIGME

Seigneur du vertige,
l’épervier
solitaire dans la hauteur
trace un signe,
aussitôt
évanoui dans la lumière, dans l’air.
Obstiné, de l’aube jusqu’au soir
il le répète.
Il dessine, sans le savoir,
une question :
le pouvoir est-il liberté,
la liberté est-elle destin ?
Lumière et air.

(Octavio Paz)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

VENT, EAU, PIERRE (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2015




VENT, EAU, PIERRE

L’eau perce la pierre,
le vent disperse l’eau,
la pierre arrête le vent.
Eau, vent, pierre.

Le vent sculpte la pierre,
la pierre est coupe de l’eau,
l’eau s’échappe et elle est vent.
Pierre, vent, eau.

Le vent dans ses tours chante,
l’eau en marchant murmure,
la pierre immobile se tait.
Vent, eau, pierre.

On est un autre et personne :
entre leurs noms vides
passent et s’évanouissent
eau, pierre, vent.

(Octavio Paz)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

INSOMNIE (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2015




INSOMNIE

Veille du miroir :
la lune l’accompagne.
Reflet sur reflet
l’araignée ourdit ses trames.

À peine cligne-t-elle
la pensée en veille :
elle n’est ni fantôme ni idée
ma mort sentinelle.

Je ne suis ni vivant ni mort:
réveillé je suis, réveillé
dans un oeil désert.

(Octavio Paz)

Illustration: Salvador Dali

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

INTERVALLE (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2015




INTERVALLE

Architectures instantanées
sur une pause suspendues,
apparitions non appelées
ni pensées, formes de vent,
insubstantielles comme du temps
et comme du temps dissipées.

Faites de temps, elles ne sont pas le temps;
elles sont la fente, l’interstice,
le vertige bref du entre
où s’ouvre la fleur diaphane :
haute sur la tige d’un reflet
elle s’évanouit pendant qu’elle tourne.

Jamais touchées, clartés
vues avec les yeux fermés :
la naissance transparente
et la chute cristalline
dans cet instant de cet instant,
interminable encore.

Derrière la fenêtre : terrasses
désolées et nuages rapides.
Le jour s’éteint, la ville
s’allume, proche et lointaine.
Heure sans poids. Je respire
l’instant vide, éternel.

(Octavio Paz)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Paysage antique (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2015




Paysage antique

Haut soleil. La plaine dort.
Rien ne bouge.
Entre les rochers, Echo épie.

(Octavio Paz)

Illustration: Dali-Disney

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

EXEMPLE (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2015




EXEMPLE

Le papillon volait entre les voitures.
Marie José me dit : ce doit être Tchouang-tseu
de passage à New York.
Mais le papillon
ne savait pas qu’il était un papillon
qui rêvait d’être Tchouang-tseu
ou Tchouang-tseu
qui rêvait d’être un papillon.
Le papillon ne doutait pas :
il volait.

(Octavio Paz)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Griffonnage (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2015




Griffonnage

Avec un morceau de charbon
avec ma craie cassée et mon crayon rouge
dessiner ton nom
le nom de ta bouche
le signe de tes jambes
sur le mur de personne
Sur la porte interdite
graver le nom de ton corps
jusqu’à ce que la lame de mon couteau
saigne
et la pierre crie
et le mur respire comme un sein

***

Garabato

Con un trozo de carbón
con mi gis roto y mi lápiz rojo
dibujar tu nombre
el nombre de tu boca
el signo de tus piernas
en la pared de nadie
En la puerta prohibida
grabar el nombre de tu cuerpo
hasta que la hoja de mi navaja
sangre
y la piedra grite
y el muro respire como un pecho

(Octavio Paz)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :