Arbrealettres

Poésie

Archive for 29 septembre 2015

Blanche (Claude Esteban)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2015



Blanche.

Elle divise le temps
en deux.
Sceptre et cilice.

L’écume ne meurt pas

lèvres ouvertes
aux lèvres.

Blanche.

Emmurant l’oiseau.
Tranchant le nerf fragile des coquilles.

sans que la voix
revienne.

Nue dans le sel.

(Claude Esteban)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le jour grisonne (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2015




Le jour grisonne aux temps des coteaux
Jour bientôt décapité par la chute de la nuit
L’air tremble
Dans le froid coupant comme un rasoir
Le sol résonne comme un tambour
Dès que le jardin ferme les yeux
La lune escalade le mur

(Jean-Baptiste Besnard)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans les jardins des Lodi (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2015




Dans les jardins des Lodi

Dans le bleu unanime
les dômes des mausolées
– noirs, concentrés, pensifs –
émirent soudain
des oiseaux

***

En los jardines de los Lodi

En el azul unánime
los domos de los mausoleos
– negros, reconcentrados, pensativos –
emitieron de pronto
pájaros

(Octavio Paz)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le papillon (André Durand)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2015


papillon

Le papillon, fenêtre ouverte,
heurte du front
à l’invisible chambre

(André Durand)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

Quel silence (André Durand)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2015


bisseret_cour_int_61k

Dans la cour mais quel silence
pour qui revient, le visage tiré par le vent,
de la montagne radieuse!

(André Durand)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Errant asile (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2015




Le vent se délie et rassemble le feuillage,
la nation des nuages se disperse.

Fragile est le réel et inconstant;
et aussi, sa loi le changement, infatigable :

tourne la roue des apparences
sur l’axe du temps, sa fixité.

La lumière dessine tout et tout enflamme,
elle plante dans la mer des poignards qui sont des torches,

elle fait du monde un bûcher de reflets :
nous autres ne sommes que moutonnements.

Elle n’est pas la lumière de Plotin, mais lumière terrestre,
lumière d’ici, mais lumière intelligente.

Elle me réconcilie avec mon exil :
patrie est sa vacuité, errant asile.

(Octavio Paz)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est pas triste (Antoine Emaz)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2015



pendule

 

c’est pas triste

on existe sans mal
dans le jour qui s’étire
en temps mou

jardin fondu

on entend
le battement de la montre
et le tic-tac du coeur

on pendule
dans le vide

on vibre avec
on n’attend plus

(Antoine Emaz)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Entre s’en aller et rester (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2015




Entre s’en aller et rester

Entre s’en aller et rester hésite le jour,
amoureux de sa transparence.

Le soir circulaire est déjà une baie :
dans son calme va-et-vient se berce le monde.

Tout est visible et tout est élusif,
tout est proche et tout est intouchable.

Les papiers, le livre, le verre, le crayon
reposent à l’ombre de leurs noms.

Battement du sang qui dans ma tempe répète
la même syllabe têtue de sang.

La lumière fait du mur indifférent
un théâtre spectral de reflets.

Dans le centre d’un oeil je me découvre;
il ne me regarde pas, je me regarde dans son regard.

L’instant se dissipe. Sans bouger
je reste et je m’en vais : je suis une pause.

(Octavio Paz)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Au temps de l’encrier (Claude Esteban)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2015


encreviolette.unblog.fr

 

Au temps de l’encrier
même les mots
avaient une odeur violette.

(Claude Esteban)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Natura (Yves-Emmanuel Dogbé)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2015


josephine wall

 

Je suis étendu sur ta montagne vierge
Inlassablement
Je me mets à contempler à en perdre le souffle
L’idyllique randonnée
De ton firmament
Je sais trop bien à quoi tu ressembles
Tu es Dieu ou Ange et Démon tout à la fois
Et j’adore ton omnivalence

(Yves-Emmanuel Dogbé)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :