Arbrealettres

Poésie

Archive for 3 octobre 2015

VISAGE DE L’EAU (François Montmaneix)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015



 

Alexey Steele 1967 - Russian-born American painter - The Novorealism Movement -   (27) [1280x768]

VISAGE DE L’EAU

Dans le regard d’une femme
— c’est il y a longtemps —
un passage de lumière
attend mes mains devant le feu
Un soir par la lueur du monde
j’ai suivi la pluie sur vos lèvres
l’étoile d’eau à votre front
notre blancheur face au ciel sombre
Il gela vers l’aube et nous étions jeunes
derrière la vitre un hiver se taisait
Vois ces oiseaux mon amour ils ont froid
leur vie dépend de nos frissons

(François Montmaneix)

Illustration: Alexey Steele

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans la corolle d’un soleil (Claude Esteban)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015



 

Dans la corolle d’un soleil
ou dans le cercle

de cette fleur. Plus
près du sol.

Coquelicot, glaïeul
Peut-être.

Rien
et le tout.

Paraître. Reconnaître.
Appartenir.

(Claude Esteban)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

LE NOM ET LA DEMEURE (Claude Esteban)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015



OLYMPUS DIGITAL CAMERA

LE NOM ET LA DEMEURE

LE JOUR A PEINE ÉCRIT

J’ai trop tardé. Je
n’attends plus.

Je cours
dans le matin du monde.

Tout m’appelle. Tout
est prochain.

Une herbe.
Un insecte neuf.

Comme un bourdonnement de signes
sous les feuilles.

L’espace, devant moi. Infime,
immense.

(Claude Esteban)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE VENT (Yves Martin)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015


 


 

Vincent Van Gogh [1280x768]

LE VENT

Le vent ne te brûlera. Jungles, déserts, cessez !
Voici la ville. Quel était ce secret longuement poursuivi ?
Là, tu trouveras le vin droit, la phrase franche.
Au port, ruissellent les voiliers, bagarrent les saumures.

Ah! s’asseoir aux terrasses des cafés des après-midi entières !
Les filles songent. Les garçons durcissent le tabac.
Au pays, ta mère est au jardin, ta soeur coud
A la croisée, parfois s’enflamment ses longues nattes.

Tant de force, de coeur, d’aventures féroces !
Mers ouvertes. Continents pris, abandonnés !
Pour quel secret ? Ecoute. Les platanes frémissent.
Prends ton chapeau. Avance. Enferme tes mains dans les miennes.
Tu ne seras jamais seul.

(Yves Martin)

Illustration: Vincent Van Gogh

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Etre (Claude Esteban)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015



Christian Schloe  6   [1280x768]

Etre, non. Mais
surgir.

Savoir renaître.

Pas même soi ni
l’autre.

Aucun,
indivisé.

(Claude Esteban)

Illustration: Christian Schloe

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Elle (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015


 

Au carrefour
se tient la sibylle.

(Le ciel
se rapproche.)

Une brise arrive,
bruissant d’idéal.

(Oh le cortège
des questions!)

***

Ella

La sibila
esta en la encrucijada.

(El cielo
se acerca.)

Llega una brisa llena
de ruidos ideales.

(!Oh procesion
de preguntas!)

(Federico Garcia Lorca)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas ma fête (Louise de Vilmorin)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015


Langueurs, fidélité des bêtes,
Veilles, soupirs je vous connais.
Chaque soir n’est pas soir de fête
Et ce soir ce n’est pas ma fête
J’ai le coeur pris par un mauvais.

Ce mauvais-là me fait attendre
Afin de mieux ne pas venir.
Ma main de chair est main de cendre,
Je me regrette dans mes cendres
Mais je n’en veux pas revenir.

Il faut bien que je m’habitue
A regretter ce que j’aimais,
A n’aimer que ce qui me tue.
L’amour en sa rigueur me tue
Il me dit: « Pars » et je m’en vais.

(Louise de Vilmorin)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ce soir, j’irai marcher sur le bord de la mer (Noëlle Seyve)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015




Ce soir, j’irai marcher sur le bord de la mer,
je parlerai au vent
et les vagues d’embruns mouilleront mes cheveux

Ce soir, je vais pleurer au rivage désert
un amour qui se meurt,
les larmes dans mes yeux
sont perles d’océan
quand le chagrin me met le coeur en déshérence

Le ciel m’a délaissée,
je me retrouve seule entre mer et nuages
mais je ne saurais voir
les poussières d’étoiles écumant sur les vagues

L’amour s’en est allé,
le temps suspend sa course
en heures de silence
en nuit d’éternité

I1 faut attendre l’aube
pour voir, après l’orage, resplendir la lumière
que l’on croyait perdue

J’accrocherai mon coeur au creux de l’arc-en-ciel
pour bercer mon chagrin
et que cessent les larmes

puisque l’amour est mort…

(Noëlle Seyve)

Illustration: Brigitte Perrault

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La luxure (Bernard Dimey)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015


la luxure JB valadie 2002

 

Vivre
Avec le parfum de ta peau
Tes cheveux sous mes doigts
La douceur de ton ventre
Et descendre
Et descendre
Et chercher le corail à l’intérieur de toi.

S’apprivoiser cruellement
D’un sexe à l’autre et d’une bouche à l’autre
Jusqu’à l’épanouissement magique
Au centre de ta croix
D’anémones de mer.

Vivre
avec au coeur des nuits
Cette rose effeuillée qui gémit
Qui se plaint
Qui rêve qui délire
Qui mélange en un cri
Le Paradis, l’Enfer,
L’éternité, l’instant,
Les couleurs jamais vues?

L’explosion, soudain, des artères et des veines,
Et le silence après
Qui pleure une chanson de source.

Vivre
Et que le poignard de ma joie
T’ouvre et te fende comme un fruit,
Comme une grenade éclatée.

Je t’aime je t’aime je t’aime
Et le péché n’existe pas.

(Bernard Dimey)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

La Dame d’André (Louise de Vilmorin)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015


André ne connaît pas la dame
Qu’il prend aujourd’hui par la main.
A-t-elle un coeur à lendemain
Et pour le soir a-t-elle une âme?

Au retour d’un bal campagnard
S’en allait-elle en robe vague
Chercher dans les meules la bague
Des fianciailles du hasard?

A-t-elle eu peur, la nuit venue,
Guettée par les ombres d’hier,
Dans son jardin lorsque l’hiver
Entrait par la grande avenue?

Il l’a aimée pour sa couleur
Pour sa bonne humeur de Dimanche.
Pâlira-t-elle aux feuilles blanches
De son album des temps meilleurs?

(Louise de Vilmorin)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :