Arbrealettres

Poésie

Archive for 6 octobre 2015

Danse (Frederico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2015


danse

 

Danse

Ma jolie,
danse!

Celui qui danse chemine
sur l’eau
et à l’intérieur d’une flamme!

(Frederico Garcia Lorca)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Casida des pleurs (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2015


 

J’ai fermé mon balcon
car je ne veux pas entendre les pleurs,
mais derrière les murs gris
on n’entend rien d’autre que les pleurs.

Il y a très peu d’anges qui chantent,
il y a très peu de chiens qui aboient,
mille violons tiennent dans la paume de ma main.

Mais les pleurs sont un chien immense,
mais les pleurs sont un ange immense,
les pleurs sont un violon immense,
les larmes bâillonnent le vent,
et l’on entend rien d’autre que des pleurs.

(Federico Garcia Lorca)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Eau dormante (Frederico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2015


Wise Owl

 

Le hibou
interrompt sa méditation,
nettoie ses lunettes
et soupire.
Un ver luisant
roule au bas de la montagne.
Et une étoile
file.
Le hibou bat des ailes
et se remet à méditer.

(Frederico Garcia Lorca)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

SALOMÉ ET LA LUNE (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2015



SALOMÉ ET LA LUNE

La lune est soeur
de Salomé (princesse
qui dans l’histoire ancienne
mord une bouche morte).

Salomé était le crépuscule.
Un crépuscule d’yeux
et de lèvres.

La lune est le perpétuel
crépuscule.

Soir
prolongé
et délirant.

L’amour sans rivage
de Salomé pour Jean
vint de ce que sa tête,
méduse du désert,
était une lune noire,
une lune impossible,
enfumée et somnolente.

Salomé est la chrysalide
et la lune le bouton,
chrysalide d’ombre
sous un palais sombre.

La lune tremble sur l’eau.
Salomé tremble sur l’âme.
0 sublime beauté.
Vouloir faire d’un baiser
une étoile!

À midi
ou dans la nuit noire,
si vous parlez de Salomé,
la lune se montrera.

(Federico Garcia Lorca)

Illustration: Lucien Lévy Dhurmer

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Madrigal (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2015


Je regardais tes yeux,
Etant tout jeune et sage.
Et toi, tu m’effleuras
La bouche d’un baiser.

(Les montres ont toujours la même cadence
Les nuits les mêmes étoiles.)

Mon coeur s’épanouit
Tel la fleur au soleil
Pétales de luxure
Etamines de rêve.

(Les montres ont toujours la même cadence
Les nuits les mêmes étoiles.)

Chez moi je sanglotai
Comme un prince de fable
Pour la bergère d’or
Qui s’en fut des tournois.

(Les montres ont toujours la même cadence
Les nuits les mêmes étoiles.)

Je m’éloignais de toi
(Je t’aimais en secret.)
J’ignore comment sont tes yeux
Tes mains ou bien ta chevelure,

Mais il me reste sur le front
Le papillon de ton baiser.

(Les montres ont toujours la même cadence
Les nuits les mêmes étoiles.)

(Federico Garcia Lorca)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rayons (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2015


Toute chose est éventail.
Frère, ouvre les bras.
Dieu est point.

(Federico Garcia Lorca)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

CHANSON INÉCLOSE (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2015



CHANSON INÉCLOSE

Sur la rivière
les anophèles.

Sur le vent
les oiseaux.

(Soir fourvoyé.)

Ô frisson
de mon coeur.

Ne crains rien.
Je m’en irai au loin
comme un écho.

Je m’en irai au loin
sur un bateau
sans voile
et sans rames.

Ô frisson
de mon coeur !

(Federico Garcia Lorca)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

AIR (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2015



AIR

L’air,
chargé d’arcs-en-ciel,
brise ses miroirs
sur les feuillages.

(Federico Garcia Lorca)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Aube (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2015


Mon pauvre coeur angoissé
Ressent aux abords du jour
La douleur de ses amours
Et l’illusion des distances.
Le clair de l’aurore apporte
Des graines de nostalgie
Et la tristesse sans yeux
Du plus profond de mon âme.
Le sépulcre de la nuit
Elève son voile noir
Pour cacher avec le jour
L’immense voûte étoilée.

Que ferais-je en ces campagnes
A cueillir branches et nids,
Environné par l’aurore
Et l’âme emplie de nuit!
Que ferai-je si tu gardes
Tes yeux morts à la lumière,
Si ma chair ne doit sentir
La chaleur de tes regards!

Ah, pourquoi t’ai-je perdue
Pour toujours en ce soir clair?
Aujourd’hui, mon coeur est sec
Autant qu’une étoile éteinte.

(Federico Garcia Lorca)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Gacela de la fuite (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2015


 

Comme je me perds dans le coeur de certains enfants,
je me suis perdu souvent dans la mer.
Indifférent à l’eau, je vais à la recherche
d’une mort de lumière qui me consumerait.

(Federico Garcia Lorca)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :