Arbrealettres

Poésie

Fermer les yeux miser sur l’obscur (Roland Brachetto)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2015



Fermer les yeux miser sur l’obscur
et s’en tenir à son legs
quoi qu’il arrive au quartier appelé Petite Sicile
même si dans l’odeur du goudron la faim persiste
et que se gorge de chaleur la misère
et que l’âme s’accroupisse
sous le plus petit des os douloureux
quelque feu cassant consumant sa rancoeur
je veux rester ici misant sur l’obscur
et m’en tenant à son legs
Le seul fût qui veuille la fixer
cette âme de feuillage fragile
il est ici dans la noirceur du plus beau soleil

(Roland Brachetto)

Illustration: Joseph Galante

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :