Arbrealettres

Poésie

Jardins d’été jardins d’oiseaux noyés (Roland Brachetto)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2015



Jardins d’été jardins d’oiseaux noyés
refaites en nous le difficile clivage
qu’un seul terreau soit vierge
de toutes racines pourries de toutes graines folles
que pourraient y mettre l’ardeur ou le remords
À peine sous le vent se penche l’herbe
être n’est pas plus difficile
que ployer quand le vent vient de la mer
et qu’il pénètre en nous sans heurt
et que flottent les brindilles de la clarté
et que vous êtes chauds comme un mouton couché
ô jardins d’été calcinant oubli

(Roland Brachetto)

Illustration: Céline Decubber

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :