Arbrealettres

Poésie

Heure étoilée (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2015


Le silence de la nuit ronde
Sur la portée
De l’infini.
Je sors tout nu dans la rue,
Ivre de vers
Perdus.
Le noir, criblé
De chants de grillons
Retient le feu follet
Mort
Du son,
Cette lumière musicale
Que perçoit
L’esprit.

Les squelettes de mille papillons
Dorment dans mon enceinte.

Il passe une jeunesse de brises folles
Sur le fleuve.

(Federico Garcia Lorca)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :