Arbrealettres

Poésie

Le miroir trompeur (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2015


Verte branche vierge
de rythme et d’oiseau.

Echo de sanglot
sans douleur ni lèvres.
Homme et forêt.

Je pleure
face aux flots amers
et dans mes prunelles
il chante deux mers!

(Federico Garcia Lorca)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :