Arbrealettres

Poésie

LES MIROIRS (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2015



 

Virna Haffer

LES MIROIRS

Ne te regarde que de biais dans les miroirs de la
mort. Évite leurs eaux noires, leurs ruses,
leurs buées de sang. Qui veut s’y voir, y
boire, va perdre pied, hissé par les cheveux
dans la fureur d’un arbre renversé. Pourtant
ils sont partout, nous le savons, dans le
couloir où tu dénoues ta robe, où tu
te fardes, levant ta main baguée jusqu’à tes
yeux, soudain saisie par la menace au loin
d’une ombre molle. Dans le désert
des chambres quand se déplie le soir. Sur la
fenêtre où flambe un géranium. Dans la rosée
au détour du jardin. Flasques de la forêt,
neige oubliée, rive feuillue, muraille : tout est
frontière, tout est limite opaque qu’il faut
longer, tâtant du doigt le verre, connaissant
sa froideur, l’image obscure et l’appel du
vertige. Il faut savoir alors s’aveugler,
Vite marcher suivant un autre fil, une mince
lumière, ainsi qu’un voyageur égaré suit un chien
rouge qui saute et flaire le vent
et sûrement le guide vers la maison.

(Jean Joubert)

Illustration: Virna Haffer

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :