Arbrealettres

Poésie

Verlaine (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 9 octobre 2015


La chanson
que jamais je ne dirai
s’est endormie à mes lèvres.
La chanson
que jamais je ne dirai.

Parmi les chèvrefeuilles
était un ver luisant
et la lune effleurait
l’eau d’un de des rayons.

Et alors je rêvai
la chanson
que jamais je ne dirai.

Chanson plein de lèvres
et de rives lointaines.
Chanson des heures longues
que je perdis dans l’ombre.

Chanson d’étoile vive
sur un jour infini.

(Federico Garcia Lorca)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :