Arbrealettres

Poésie

Si pouvait se fendre le mur (Roland Brachetto)

Posted by arbrealettres sur 10 octobre 2015



Si pouvait se fendre le mur
là où la nuit se continue

dans les terrains vagues de l’impossible
ton regard se mouillant d’une fraîcheur de mer
nous verrions enfin l’impur nous épier
L’envers de vivre aussi nous ramène à nous-mêmes

par d’autres chemins que ceux du souffrir
à travers d’autres arbres que les bras du quotidien
Vertical un parfum de feuillage futur
part de la souche morte vers celui
des sommeils que nous avons en commun
avec les murs de la mémoire

(Roland Brachetto)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :