Arbrealettres

Poésie

J’en perds jusqu’au souvenir tant je rêve de toi (André Brouquier)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2015




Il y a cette vague
qui me rapproche de ton visage
de cette nuit qui m’habille
j’en perds jusqu’au souvenir
tant je rêve de toi.

Mon coeur je l’ai perdu depuis longtemps
depuis longtemps déjà
je ne connais plus les oiseaux dans les branches
ni même ces amours qui s’habillent de bleu
comme s’il leur fallait tant.

(André Brouquier)


Illustration: Fabienne Contat

Autres Poèmes dans ce Florilège que j\’ai illustrés avec les oeuvres de Fabienne Contat

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :