Arbrealettres

Poésie

Archive for 14 octobre 2015

Je ne voudrais plus qu’éloigner ce qui nous sépare du clair (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2015



 

Je ne voudrais plus qu’éloigner
ce qui nous sépare du clair,
laisser seulement la place
à la bonté dédaignée.

J’écoute des hommes vieux
qui se sont allié le jour,
j’apprends à leurs pieds la patience :

ils n’ont pas de pire écolier.

(Philippe Jaccottet)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MOTS (Jean Pache)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2015



MOTS

COUTEAU — COUPURE — DES MOTS

I

Couteau : coupure des mots,
la mince lèvre ouverte
du sang.
Peut-être serait-il possible
de la guérir.

II

Et la lumière ?

LANCE — LES MOTS — L’UN APRÈS L’AUTRE

Lance les mots l’un après l’autre,
cailloux caillots : litière sacrale
du silence.

III

TROU — TAILLE — DOUCE

Trou ; taille douce
entre les deux épaules
où ma bouche démentait
ma voix.

(Jean Pache)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il s’agit de voir tellement plus clair (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2015



Il s’agit de voir
Tellement plus clair,
De faire avec les choses
Comme la lumière.

(Eugène Guillevic)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

MÉTAPHYSIQUE (Jean Pache)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2015



MÉTAPHYSIQUE

L’apprentissage d’un caillou
est plus long que le sommeil.

*

D’âge en âge mes veilles
gagnent en poli :
quels secrets encore
dans leurs stries…

*

Tout à redire, tellement autre !

*

« La mort, est-ce difficile ?
— La mort est cette corde vocale
cerclant les mouettes à l’époque du givre. »

(Jean Pache)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SPHERE (Jean Pache)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2015



SPHERE

L’hiver agitait quelques voilures déjà sales.
Elle : impérieuse, docile — piétinant le jour
dont elle adore les barreaux.

*

J’aime délibérément un ciel capable
de toutes les métamorphoses.

*

Désormais le risible fracas des pies évince
la monotonie du bouvreuil :
aussi loin qu’elle porte, la vue ne couvre
ni la distance ni l’effritement sournois
des heures.
Et la rumeur intime a trop de minutie.

*

À l’étape du silence (hors de l’illusion),
la mémoire libère les contours d’une juste
présence.

(Jean Pache)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bons amis sans conversation (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2015



Bons amis sans conversation

On est avec les arbres
Bons amis sans conversation
Hélas deux quelqu’un viennent s’asseoir
Bouches à mots continus
On n’était donc pas seul sur la Terre

(Pierre Albert-Birot)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Auréole (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2015



Savoir si cette grosse courte vieille à pas comptés
Promène un ciel dans sa tête
On a peine à s’imaginer devant ce paquet noirâtre
Une belle voûte étoilée à l’intérieur
O petite vieille si tu as du bleu
Porte donc ton ciel sur toi au lieu de le garder dedans
Ah vous tous jeunes et vieux si vous avez un ciel
Montrez-le
Plutôt que de le cacher dans votre ventre ou sous votre crâne
Comme le monde serait plus beau
Si chacun s’en allait
Portant autour de soi sa lumière

(Pierre Albert-Birot)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Poésie (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2015



La Poésie

Mais parfaitement la Poésie
Prend l’autobus et le métro
Elle monte même quand c’est complet
En surcharge
Comme les gardiens de la paix

(Pierre Albert-Birot)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Raconte-nous l’Amour! (Marina Tsvétaïéva)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2015



— Raconte-nous le printemps! —
À la vieille demandent les enfants.
Mais, hochant la tête,
La vieille répond ainsi :
— Le printemps est péché,
Le printemps est terrible.

— Alors, raconte-nous l’Amour! –
Lui chante l’enfant le plus joli.
Mais dans le feu plantant son regard
La vieille répond ainsi: Oh!
L’Amour est péché
L’Amour est terrible!

Et longtemps, longtemps à l’aube
Dans la cour, l’innocence chantait:
— L’amour est péché,
L’amour est terrible…

(Marina Tsvétaïéva)


Illustration: Rogelio de Egusquiza

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour Grand-mère (Marina Tsvétaïéva)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2015



Pour Grand-mère

L’ovale allongé, sévère,
Les plis de la robe noire…
jeune grand-mère! Qui baisait
Vos lèvres hautaines?

Ces mains qui dans les salles du palais
jouaient les valses de Chopin…
De chaque côté du visage glacé —
Les boucles en spirales.

Le regard sombre, droit et exigeant,
Le regard prêt à la bataille.
Les jeunes femmes ne regardent pas ainsi.
jeune grand-mère, qui êtes-vous?

Que d’occasions vous avez emportées,
Que de choses impossibles aussi —
Dans le sein affamé de la terre,
Polonaise de vingt ans!

Le jour était innocent, le vent frais.
Les sombres étoiles mouraient.
Grand-mère! Ce cruel tourment
Dans mon cœur – serait-ce vous?…

(Marina Tsvétaïéva)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :