Arbrealettres

Poésie

ALYSCAMPS (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2015




ALYSCAMPS

Il y eut des pas sur le sable
Qui conduisaient à des pieds nus,

Ses yeux et l’eau étaient si clairs
Que le fond de tout paraissait,

Les vêtements et les mensonges
Avaient été démis du songe,

N’eût-elle relâché les doigts
Lui eût-il mieux tenu la main,

Tous deux auraient dormi mille ans
Dans un tombeau des Alyscamps.

(André Pieyre de Mandiargues)

Illustration: William Bouguereau

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :