Arbrealettres

Poésie

Les chevaux de la mer n’auront pas de poulains (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2015



Les chevaux de la mer n’auront pas de poulains
aux herbages d’écume abolis sous le vent.
Les marées porteront aux veilleurs d’océans, de
nos peuples ramants le sauvage regain.

Nous chercherons un pays plus vaste que la faim,
plein de signes, de voix, de meurtres dans les airs
Et de hautes cités où des saintes de pierre font
un rêve plus fort que l’écume des vins.

(…)

Tous les dieux sont moins fiers qu’un sauvage poulain,
tous les cieux sont moins forts que le cri des brisants.
Les marées étendues sur nos peuples gisants,
les chevaux de la mer n’auront plus de poulains.

(Henry Bauchau)

Découvert ici chez Lecture/Ecriture

Illustration: Heather Jansch

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :