Arbrealettres

Poésie

TRES TARD (Juan Ramón Jiménez)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2015



 

TRES TARD

Piaillant â la lumière, l’oiseau s’élève
jusqu’aux cimes dorées ;
son pépiement résonne
dans l’ombre tout en bas,
comme en un puits profond
de verdure et silence.

— Il s’évanouit en sa haute chimère,
à travers de magiques lumières.
Mon coeur est l’ombre
de la profondeur qui résonne. —

***

MUY TARDE

Piando a la luz, asciende el pájaro
por las doradas copas;
y su pío resuena
en la sombra de abajo,
como en un pozo hondo
de verdor y silencio.

—Él se sume en su sueño alto,
atravesando luces medicas.
Mi corazón es sombra
del fondo resonante.—

(Juan Ramón Jiménez)

 

 

Une Réponse vers “TRES TARD (Juan Ramón Jiménez)”

  1. valentin10 said

    A reblogué ceci sur Mon site officiel / My official website.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :