Arbrealettres

Poésie

Archive for 30 octobre 2015

Un baiser (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2015



Un baiser et notre existence n’avait plus de poids
Un sourire et l’amour recouvrait toutes les vallées
Un regard et la mer était au-dessus de nous
Un mot et le monde revenait lentement sous nos pieds.

(Lucien Becker)

Illustration: Gennady Privedentsev

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La poussière (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2015



La poussière se croyant seule se met à danser
sans autre bruit que celui que fait un insecte

(Lucien Becker)

Illustration: Ludovic Florent

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La lumière semble lourde et voûtée (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2015



La lumière semble lourde et voûtée
sur un monde sans miracle ni gaieté.
Dans la nudité du sang qui tourne en moi,
je respire le même caillou froid.

(Lucien Becker)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La main de l’homme (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2015



La main de l’homme n’est vraiment vivante
que quand elle monte vers une femme
pour y chercher un corps
qui se laisse découvrir comme un fruit dans l’herbe

(Lucien Becker)

Illustration: René Julien

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La solitude retentit en moi (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2015



La solitude retentit en moi comme une pierre
qui touche dans un puits l’eau qu’on ne voit pas.

(Lucien Becker)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme il se doit (Mario Luzi)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2015



Comme il se doit

Que veux-tu, toi qui viens de si loin
et pénètres d’un vol aveugle dans le brouillard
jusqu’ici où même les oisillons de nid
de branche en branche perdent leur chemin?

La vie comme il se doit se perpétue,
s’éparpille en mille ruisseaux. La mère
rompt le pain aux petits, alimente
le feu ; la journée s’écoule pleine
ou maussade, un étranger arrive, s’en va,
la neige tombe, il y a une éclaircie, ou bien une bruine
de fin d’hiver estompe les couleurs,
imprègne souliers et vêtements, il fait nuit.

C’est peu, d’autre chose point de signe.

(Mario Luzi)

Illustration: André Jolly

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

NATURE (Mario Luzi)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2015



NATURE

La terre et à elle accordée la mer
et partout au-dessus, une mer plus joyeuse
à cause de la rapide flamme des moineaux
et du trajet
de la lune reposante, et du sommeil
des doux corps entrouverts à la vie
et à la mort dans un champ ;
à cause aussi de ces voix qui descendent
s’échappant de mystérieuses portes, et bondissent
au-dessus de nous comme des oiseaux fous de revenir
en chantant au-dessus des îles originelles :
ici, se préparent
un grabat de pourpre et un chant qui berce
pour celui qui n’a pu dormir,
si dure était la pierre,
et si tranchant l’amour.

(Mario Luzi)


Illustration: Odilon Redon

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De la tour (Mario Luzi)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2015



sensational oilpaintings, artist: christian seebauer - germany

sensational oilpaintings, artist: christian seebauer – germany

 

De la tour

Cette terre grise lissée par le vent dans ses croupes,
dans son galop vers la mer,
dans sa ruée de troupeaux sous les dômes
et les contreforts de l’intérieur, vue
dans le vertige depuis les glacis, file
la lumière, file de mystérieuses années-lumière,
file un seul destin de multiples façons,
dit : « regarde-moi, je suis ton étoile »
et en cet instant s’enfonce plus profond
dans le cœur l’épine de la vie.
Cette terre toscane nue et pure
où court la pensée de celui qui reste
ou qui, issu d’elle, s’en éloigne.

(Mario Luzi)

Illustration

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Parque-village (Mario Luzi)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2015



Parque-village

Longtemps on parla de toi autour des feux
après les dévotions du soir
dans ces maisons grises où, impassible,
le temps apporte et chasse des visages d’hommes.

Puis la conversation tomba sur un autre et sur ses biens,
ce furent des mariages, des morts, des naissances,
le triste rituel de la vie.
Quelqu’un, un étranger, passa par ici, disparut.

Moi, vieille femme en cette vieille maison,
je couds le passé au présent, je tisse
ensemble ton enfance et celle de ton fils
qui traverse la place avec les hirondelles.

(Mario Luzi)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout ce que tu dois combattre (Mario Luzi)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2015



Tout ce que tu dois combattre, tu dois aussi le porter,
l’accueillir dans ton cœur et là-dedans le vaincre

(Mario Luzi)

Illustration

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :