Arbrealettres

Poésie

LE PETIT GARÇON QUE JE FUS (Endre Ady)

Posted by arbrealettres sur 31 octobre 2015



 

LE PETIT GARÇON QUE JE FUS

Le petit garçon que je fus
Me hante tous ces derniers temps,
Mort et riant.

Enfant gentil, rêveur, malade,
Il s’approche et tendrement touche
Ma pauvre couche.

Il me fixe étonné, me fixe.
Les pleurs sur ma face vieillie
Viennent de lui.

Tel un enfant je me réveille
Tout en larmes cent fois par nuit
Comme jadis.

(Endre Ady)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :