Arbrealettres

Poésie

GRENIERS (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2015



grenier

GRENIERS
A Marcel Arland.

Greniers de nos années,
Greniers de nos enfances,
Tout bruissants de noix vides,
De robes surannées,
De papiers en guirlandes
Et de roses fanées ;
Tapissés d’arentelles
Dans un rais de soleil.
Mystère des grands mots,
Des syllabes d’abeilles,
Sorciers des vieux décembres,
Des matins de clarté,
Je voudrais respirer
Vos odeurs de poussière,
Chers greniers de jadis
Perchés sur les campagnes,
Ouverts sur les blés hauts
Les trèfles incarnats.
Greniers, soirs d’hirondelles,
Retentissants d’oiseaux.
Une souris grignote
Toujours l’éternité
Et sous sa bourguignotte
Le vieil hôte enchanté,
Le dur soldat des guerres
Qui, trop las d’être las,
Un soir se pendit là
Ayant dit ses prières,
S’en vient encore la nuit
Vêtu de son silence,
De velours et de ruse.
Greniers, je vous regrette
De l’un à l’autre été.
Greniers, vaisseaux des songes,
Voguant sur le ciel bleu
Un enfant à la proue
Et qui, content de peu
Vaisseaux, croyait en vous !

(Maurice Fombeure)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :