Arbrealettres

Poésie

PAYSAGES URBAINS (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2015



vieux paris

PAYSAGES URBAINS

Au coin de la rue des Ursins
Et de la rue de la Colombe

Le vieux Paris qui se souvient
Sur la Seine ouvre ses yeux bleus.

L’accordéon me frappe au coeur,
Tonnerre allègre des souliers ;

Un bal délirant de rancoeurs
Plein de louffiats et de soutiers,

Vin blanc gommé, chapeaux de cartes,
Inconséquences du sommeil

On sent le passage d’un ange
Dessus la chope du barbier

Cependant que l’heure ivre sonne
Au pavillon des couvre-feux,

Que l’aube ouvre ses ailes mortes,
Poussiéreuse et grise déjà

Lumineuse, manger d’étoiles
D’aigles invisibles, tambours.

Effarée d’humaines tempêtes,
D’un grondement qui vient de loin…

(Maurice Fombeure)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :