Arbrealettres

Poésie

INSTANTANÉ CÉLESTE (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 4 novembre 2015



Grande Ourse

INSTANTANÉ CÉLESTE

Un train d’étoiles déraille
Sur ses parallaxes d’or

Et les étoiles s’égaillent
Dans le ciel où vont les morts :

L’une tombe, l’autre blesse
Les chevaux de Diomède.

Il n’y a que la Grande Ourse
Qui bougonne dans son coin.

Et le ciel est plein de foin !
Le train se fige en sa course

(Maurice Fombeure)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :