Arbrealettres

Poésie

Archive for 12 novembre 2015

C’est le printemps (Pierre Garnier)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2015




C’est le printemps; la main
est une branche
couverte de mots et de bourgeons

elle ouvre le recueil
des papillons s’envolent.

la cascade descend
de page en page

le sonnet
de rocher en rocher

les rimes sont les traces du cercle.

le livre a deux ailes,
il lui arrive de voler

en haut le livre scintille.

les paysans, les outils, la maison,
l’âne
font clair de lune.

cette apparition de l’aube
cette disparition de l’aube
s’accompagnent d’échafaudages,
de mâts, de voiles, d’échelles de corde,
de marins
invisibles.

les courbes, les brisures des branches
indiquent que l’arbre est secoué
et qu’il tourne.

le poème est toujours un balcon
dans la forêt

sur la mer
— voire dans le ciel.

(Pierre Garnier)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

La cour, les platanes (Jacques Ancet)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2015


platanes

 

Le bruit du ballon par la fenêtre.
La chaleur. Avec des voix qui tournent.
Que disent-elles? Le soleil autour.
Soudain la façade s’illumine
et je crois te voir briller. Il semble
que rien ne reste que cet éclat
où tout s’abîme. Très vite tu
es le centre vide des images.
Ensuite rien. La cour, les platanes.

(Jacques Ancet)

Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’Anneau de Moebius (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2015



L’Anneau de Moebius

Le chemin sur lequel je cours
Ne sera pas le même quand je ferai demi-tour
J’ai beau le suivre tout droit
Il me ramène à un autre endroit
Je tourne en rond mais le ciel change
Hier j’étais un enfant
Je suis un homme maintenant
Le monde est une drôle de chose
Et la rose parmi les roses
Ne ressemble pas à une autre rose.

(Robert Desnos)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les joues des fées (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2015



Les joues des fées
se brûlent aux feux de joies.

(Robert Desnos)


Illustration: Fabienne Contat

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

La Reine couchée dans son lit (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2015



La Reine couchée dans son lit
Ecoute un rossignol chanter
Ecoute aussi la sentinelle
Qui fait les cent pas dans la cour

Cent pas par-ici, cent pas par-là
Une reine et un rossignol
Et le soldat qui sent le rhum
Dans la cour du royal palais

Le soldat couché dans son lit
N’écoute pas chanter la Reine
N’écoute pas le rossignol
Qui fait les cent pas dans la cour

Et le rossignol dans son nid
N’écoute pas la sentinelle
N’écoute même pas la Reine
Qui fait les cent pas dans la cour

Cent pas par-ici, cent pas par-là
Voilà bientôt quatre cent pas
Avec les cent pas du passant
Dans ce palais extravagant

(Robert Desnos)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Ma sirène (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2015



Ma sirène est bleue comme les veines où elle nage
Pour l’instant elle dort sur la nacre
Et sur l’océan que je crée pour elle
Elle peut visiter les grottes magiques des îles saugrenues
Là des oiseaux très bêtes
conversent avec des crocodiles qui n’en finissent plus
Et les oiseaux très bêtes volent au-dessus de la sirène bleue
Les crocodiles retournent à leur boire
Et l’île n’en revient pas
ne revient pas d’où elle se trouve
où ma sirène et moi nous l’avons oubliée

Ma sirène a des étoiles très belles dans son ciel
Des étoiles blondes aux yeux noirs
Des étoiles rousses aux dents étincelantes
et des étoiles brunes aux beaux seins
Chaque nuit trois par trois
alternant la couleur de leurs cheveux
Ces étoiles visitent ma sirène
Cela fait beaucoup d’allées et venues dans le ciel
Mais le ciel de ma sirène n’est pas un ciel ordinaire…

Ma sirène a sept bateaux sur son océan
Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi
Samedi et Dimanche
Les uns à vapeur les autres à voiles
Les uns rapides les autres lents
Mais tous beaux mais tous charmants
avec des marins connaissant leur métier

Ma sirène a des savons de toutes formes et de toutes couleurs
C’est pour laver sa jolie peau
Ma sirène a beaucoup de savons
L’un pour les mains
L’autre pour les pieds
Un pour hier
Un pour demain
Un pour chacun des yeux
Et celui-là pour sa queue d’écailles
Et cet autre pour les cheveux
Et encore un pour son ventre
Et encore un pour ses reins.

Ma sirène ne chante que pour moi
J’ai beau dire à mes amis de l’écouter
Personne ne l’entendit jamais
Excepté un, un seul
Mais bien qu’il ait l’air sincère
Je me méfie car il peut être menteur

(Robert Desnos)


Illustration: Jaroslaw Kukowski

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Dans bien longtemps (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2015




Dans bien longtemps je suis passé par le château des feuilles
Elles jaunissaient lentement dans la mousse
Et loin les coquillages s’accrochaient désespérément aux rochers de la mer
Ton souvenir ou plutôt ta tendre présence était à la même place
Présence transparente et la mienne
Rien changé mais tout avait vieilli en même temps que mes tempes et mes yeux
N’aimez-vous pas ce lieu commun ? laissez-moi laissez-moi
c’est si rare cette ironique satisfaction
Tout avait vieilli sauf ta présence
Dans bien longtemps je suis passé par la marée du jour solitaire
Les flots étaient toujours illusoires
La carcasse du navire naufragé que tu connais —
tu te rappelles cette nuit de tempête et de baisers ? —
était-ce un navire naufragé ou un délicat chapeau de femme
roulé par le vent dans la pluie du printemps était à la même place
Et puis foutaise larirette dansons parmi les prunelliers !
Les apéritifs avaient changé de nom et de couleur
Les arcs-en-ciel qui servent de cadre aux glaces
Dans bien longtemps tu m’as aimé.

(Robert Desnos)

Illustration: Christian Lloveras

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au mocassin le verbe (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2015



Au mocassin le verbe

Tu me suicides, si docilement.
Je te mourrai pourtant un jour.
Je connaîtrons cette femme idéale
et lentement je neigerai sur sa bouche.
Et je pleuvrai sans doute même si je fais tard,
même si je fais beau temps.
Nous aimez si peu nos yeux
et s’écroulerai cette larme sans
raison bien entendu et sans tristesse.

Sans.

(Robert Desnos)


Illustration: Fabienne Contat

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le rouge-gorge (Pierre Garnier)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2015




du pont l’enfant regarde la gare, les
voies ferrées, les tunnels, les signaux,
les trains
qui relient depuis toujours les étoiles
(l’autre lumière est celle de l’humus
qui mélange lentement, longuement
la mort et la vie)

l’huître, la moule, la coque,
le livre s’entr’ouvrent,
reçoivent l’océan, le laissent passer.

le rouge-gorge balance entre les deux
framboisiers,
se pose,
c’est un fil
tendu en moi toujours il tremble

(Pierre Garnier)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Le chat qui ne ressemble à rien (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2015



Le chat qui ne ressemble à rien
Aujourd’hui ne va pas très bien.
Il va visiter le Docteur
qui lui ausculte le cœur.

Votre cœur ne va pas bien
Il ne ressemble à rien,
Il n’a pas son pareil
De Paris à Créteil.

Il va visiter sa demoiselle
Qui lui regarde la cervelle.
Votre cervelle ne va pas bien
Elle ne ressemble à rien,

Elle n’a pas son contraire
À la surface de la terre.
Voilà pourquoi le chat qui ne ressemble à rien
Est triste aujourd’hui et ne va pas bien.

(Robert Desnos)


Illustration: Fabienne Contat

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 5 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :