Arbrealettres

Poésie

La cour, les platanes (Jacques Ancet)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2015


platanes

 

Le bruit du ballon par la fenêtre.
La chaleur. Avec des voix qui tournent.
Que disent-elles? Le soleil autour.
Soudain la façade s’illumine
et je crois te voir briller. Il semble
que rien ne reste que cet éclat
où tout s’abîme. Très vite tu
es le centre vide des images.
Ensuite rien. La cour, les platanes.

(Jacques Ancet)

Illustration

2 Réponses vers “La cour, les platanes (Jacques Ancet)”

  1. Lara said

    Les sens aiguisés à l’écoute de la vie ..pour une belle évocation de l’absence ..
    J’aime beaucoup l’écriture de J.Ancet.
    La poésie dit-il
    C’est
    « (..) Un silence qu’on écoute

    avec toujours ce qui parle

    sans un mot, ce qui se tait… »

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :