Arbrealettres

Poésie

Archive for 15 novembre 2015

il n’y a rien à attendre hors ce chant pur qui monte du fond de toi (Christian Bulting)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015


Olbinski_Waiting for Ulysses

 

Ne pas laisser la nuit entrer en soi
Faire à la lumière la part suprême
S’agrandir aux dimensions de l’amour
Accomplir la beauté de l’être
Ici et maintenant
Ne pas attendre il n’y a rien à attendre
Hors ce chant pur
Qui monte du fond de toi
Et renversera les murailles de la haine

(Christian Bulting)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comment seraient les visages (Abd Allâh ibn Yahyâ)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015




Comment seraient les visages des enfants
de toutes les femmes que j’ai aimées?

(Abd Allâh ibn Yahyâ)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

La gazelle (Sulayman ibn Hammûd)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015




La gazelle

Sur votre vie, amis, il fallait voir
un bel objet comme celui-là !

Hafsa était le visage même de l’aurore
qui peu à peu dépouille
de ses fleurs ardentes le grenadier.
De sang bédouin, rouge vermeil comme le vin
et le feu tendre qui se cache
à la racine du palmier,
elle savait compter les vertèbres du chameau
et décrire avec ardeur les courbes des dunes,
traire la chèvre de la main secrète et pure
de qui connaît la sainte faim de chaque jour.

D’elle, plus d’une fois, la gazelle fut jalouse.

Elle ne connaissait d’autre musique que l’arpège
et le silence du désert.

A présent elle joue du luth mélodieux
derrière la grille du harem.

(Sulayman ibn Hammûd)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ravissement muet (Raphaële George)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015


Avoir la même aisance que l’oiseau.
Enfin accepter dans la chair cette errance qui n’a de lieu nulle part,
car l’esprit est seul possédé du démon de la Présence pleine.

Dès que nous avons parlé,
nous sommes dans l’amour,
nous nous risquons à être pris.

Je ne dirais plus aucune parole,
je n’entendrais plus les siennes,
afin de demeurer dans le ravissement muet.

(Raphaële George)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’homme est seul (Raphaële George)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015


L’homme est seul en lui-même,
terriblement distant des autres,
malgré son envie de passer un peu dans tous les yeux
qui ne sont pas les siens.

Sentiment d’impuissance qui terrasse
au point où certains jours on n’éprouve presque
rien à dire, seulement une phrase pour témoigner
de cette souffrance…
« Dites seulement une parole et je serai guérie ».

Que les mots ne blessent pas l’expérience.

Comme si écrire pouvait donner plus de Présence à l’homme!

(Raphaële George)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’éclair (Lucrèce)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015




L’éclair brille au moment où le choc de la nue
A délivré la flamme en son sein retenue;
C’est ainsi, d’un caillou, déchiré par le fer,
Que l’étincelle sort et s’élance dans l’air.
La foudre emplit les cieux d’une flamme vermeille
Avant que son tonnerre ait frappé notre oreille!
Son éclat, à nos yeux, se peint, au même instant,
Mais le choc au tympan arrive lentement.
Vois de loin l’émondeur dont la hache mutile
De l’arbuste infécond la parure inutile:
Du coup qu’il a porté l’oeil a suivi l’essor,
Les rameaux sont tombés, le bruit chemine encore
D’un vol inégal, la foudre et la lumière
En deux temps différents, suivent leur carrière.

(Lucrèce)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ombre du mûrier (Thierry Cazals)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015


Ombre du mûrier
Grignotée par l’ombre des chenilles
A chaque bouchée, un peu plus de lumière

(Thierry Cazals)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Une femme (Michel-Daniel Robakowsi)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015



 

une femme comme une source une femme
entre mes bras le vertige
ces falaises mouillées je deviens.

les bateaux à coups d’aile frissonnent
corps à corps les mouettes rentrent au port.

je deviens ces draps d’algues je nage
le lit s’ouvre le lit
au ventre horizontal
une femme chante l’eau
entre les lèvres d’amour je deviens.

batraciens les soleils s’accouplent d’océans.

j’apprivoise un aquarium
une femme comme d’une source une femme
entre mes bras il y a la mer

ses navires hurlants je deviens.

(Michel-Daniel Robakowsi)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un soir des champs (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015


perce_oreille

 

Le soir chausse en haute brousse
Les escarpins du sommeil.
Tournez, moulins, lourds de lune,
Gluants d’algues, de lamproies.

Un renard chasse en silence
Pointe, muse et glisse
Au ras de l’herbe et des ronces
Son museau de hareng saur.

La silencieuse rose,
Fleur des pluies, frémit tout bas;
L’escadrille des grenouilles
Fait battre ses gorges blanches.

Dans le sidéral hôtel
Où la bonne fait l’amour,
Eclatée de cornemuses
Vibrante comme un tambour,

Sous les gros édredons rouges
Les chalands sont endormis,
Lourds de rêves et de soupes,
Ecrasés de solitude.

Dormez vises, moi je veille
A la proue de vos destins,
Près du chat, du perce-oreille,
Sous la lampe du matin.

(Maurice Fombeure)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur le grand bateau (Bernard Delvaille)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015



J’ai tant d’espoir
en tes yeux d’enfants,
que j’attends le soir
où tu me prendras
moi si pauvre et nu
et m’emporteras
sur le grand bateau
de ton amour fou.

(Bernard Delvaille)

Illustration: Vladimir Kush

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :