Arbrealettres

Poésie

Un soir des champs (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015


perce_oreille

 

Le soir chausse en haute brousse
Les escarpins du sommeil.
Tournez, moulins, lourds de lune,
Gluants d’algues, de lamproies.

Un renard chasse en silence
Pointe, muse et glisse
Au ras de l’herbe et des ronces
Son museau de hareng saur.

La silencieuse rose,
Fleur des pluies, frémit tout bas;
L’escadrille des grenouilles
Fait battre ses gorges blanches.

Dans le sidéral hôtel
Où la bonne fait l’amour,
Eclatée de cornemuses
Vibrante comme un tambour,

Sous les gros édredons rouges
Les chalands sont endormis,
Lourds de rêves et de soupes,
Ecrasés de solitude.

Dormez vises, moi je veille
A la proue de vos destins,
Près du chat, du perce-oreille,
Sous la lampe du matin.

(Maurice Fombeure)

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :