Arbrealettres

Poésie

Archive for 16 novembre 2015

La main (Gilles Guilleron)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2015



La main
n’a pas toujours
toute sa tête.

(Gilles Guilleron)

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Dimanches (Jules Laforgue)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2015




Dimanches

Oh ! ce piano, ce cher piano,
Qui jamais, jamais ne s’arrête,
Oh ! ce piano qui geint là-haut
Et qui s’entête sur ma tête !

Ce sont de sinistres polkas,
Et des romances pour concierge,
Des exercices délicats,
Et La Prière d’une vierge !

Fuir ? où aller, par ce printemps ?
Dehors, dimanche, rien à faire….
Et rien à fair’ non plus dedans….
Oh ! rien à faire sur la Terre !….

Ohé, jeune fille au piano !
Je sais que vous n’avez point d’âme !
Puis pas donner dans le panneau
De la nostalgie de vos gammes….

Fatals bouquets du Souvenir,
Folles légendes décaties,
Assez ! assez ! vous vois venir,
Et mon âme est bientôt partie….

Vrai, un Dimanche sous ciel gris,
Et je ne fais plus rien qui vaille,
Et le moindre orgu’ de Barbari
(Le pauvre !) m’empoigne aux entrailles !

Et alors, je me sens trop fou !
Marié, je tuerais la bouche
De ma mie ! et, à deux genoux,
Je lui dirais ces mots bien louches :

« Mon cœur est trop, ah trop central !
Et toi, tu n’es que chair humaine ;
Tu ne vas donc pas trouver mal
Que je te fasse de la peine ! »

(Jules Laforgue)

Illustration: Pierre-Auguste Renoir

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Quelle fraîcheur (Tanshi)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2015


Les lanternes
on les a fait s’éloigner
ah quelle fraîcheur

(Tanshi)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

A quel moment (Ki no Tsurayuki)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2015


Ni matin ni soir
Je ne détache mes yeux
Des fleurs du prunier.
A quel moment
Se fanent-elles donc?

(Ki no Tsurayuki)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

Le don (Abû-l-‘Abbas al-Magribî)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2015




Le don

De sa salive
jaillissent la fièvre et la lumière.

A en juger par ma fièvre, je suis malade.
Mais l’on me dit poète
par le don sacré de la lumière.

Il n’y a donc nul retour :

Les étoiles brilleront
tant que ma plume d’argent
ne manquera pas d’encre.

(Abû-l-‘Abbas al-Magribî)

Illustration: Denis Jeanteur

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MALGRÉ TOUT (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2015




MALGRÉ TOUT

Malgré
Malgré tout
le mal qu’on nous a fait.
Malgré
tout ce qu’il faut subir
et faire subir aux autres.
Malgré
la guerre
les enfants mutilés, martyrisés
l’enfer que tant de nous s’infligent
et infligent aux autres.
Malgré
malgré tout
ne dressons pas le mal
et le bien face à face.
Ils vont, ils sont ensemble
en nous
et dans le cours aventureux des siècles.
En face du mal
en face du bien
Il n’y a rien
rien que la vie ensemble

(Henry Bauchau)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Deuil (Halwâ al-Abbâr « al-Miknâsiyya »)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2015




Deuil

Vous ne rendrez pas, seigneur,
les pleurs, les baisers et les pâmoisons
à celle qui a fait de son corps le temple
où la foi jurée file le temps.

Loin de tous, sur une sente obscure,
je vais, trempée de noir intense
parmi des fleurs vermeilles qui s’en rient.

(Halwâ al-Abbâr « al-Miknâsiyya »)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nénuphar (J.J. Grandville)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2015



Nénuphar

Un jour, le diable, traversant la ville de Bruges,
passa devant le couvent des ursulines.
Les religieuses réunies dans la chapelle
chantaient les louanges du Seigneur.
Ses yeux s’arrêtèrent sur une ursuline
placée juste à l’entrée du choeur, près du maître-autel.
« Il serait plaisant de lui ouvrir enfin les yeux,
et de faire de la sainte un petit démon! »

Le soir il s’introduisit dans la cellule de la religieuse
sous la couverture jaune d’un roman à la mode;
il se déguisa en in-octavo, et s’étendit tout grand ouvert sur le prie-Dieu.
Il avait choisi la page la plus échevelée de l’ouvrage,
une scène d’amour pantelante, rutilante, ébouriffante.
De tout temps ces grands morceaux de rhétorique
ont troublé toutes les imaginations et fait l’affaire de messire Satanas.
La jeune fille prit le livre, lut la page marquée,
ouvrit les bras d’un air nonchalant, bâilla et s’endormit sur sa couchette.
Pour le coup le diable était outré.
Il ne lui restait plus qu’à essayer des songes.
Il les convoqua tous, il leur donna ses instructions,
et il voulut lui-même les voir à l’oeuvre.
Il se pencha sur le lit de la jeune fille;
les songes vinrent chacun à leur tour se poser sur son coeur;
rien n’indiqua qu’elle en fût le moins du monde troublée.
Son sommeil était paisible, son teint égal, son pouls régulier comme de coutume.
Il paraît même que vers le milieu de la nuit elle se mit à ronfler.
Le diable, tout malin qu’il est, ne s’était point douté de l’adversaire qu’il attaquait.
Une fois sur la terre, ne pouvant aimer ni être aimée,
incapable de s’associer aux peines et aux joies de l’humanité,
morne et décolorée,
la froide fleur du Nénuphar n’avait trouvé d’autre refuge qu’au couvent.
La vie monotone et languissante des religieuses était celle qui lui convenait.
On lui compta comme vertu l’absence de toutes les vertus.
Soeur Nénuphar mourut en état de sainteté.
Les ursulines de Bruges poursuivent sa canonisation.

(J.J. Grandville)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’arbre de nos mains (Guy Goffette)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2015


La nuit ferme si mal en juin
qu’il nous suffirait de nous taire
pour que l’arbre de nos mains
se remplisse d’étoiles

(Guy Goffette)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au vent du rivage (Taïsui)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2015


Au vent du rivage
les mouches qui pullulaient
nous ont quittés toutes

(Taïsui)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :