Arbrealettres

Poésie

Le chant du coq (Hayât « al-Waydiyya »)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2015




Le chant du coq

Lorsqu’à la pointe de l’aube tout le monde dort,
le flambeau des amants brûle encore.
Une main sobre l’éteint.
L’autre, ardente, la rallume.
Et à tant éteindre et allumer la lueur,
reverdit le chant du coq, implacable,
dans les étroits greniers du sommeil.

(Hayât « al-Waydiyya »)

Illustration: Giuseppe Dangelico Pino

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :