Arbrealettres

Poésie

Archive for 22 novembre 2015

LE GONDOLIER (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




LE GONDOLIER

Près des bords de Venise aux royales dorures,
solitaire nocher, de nuit, le gondolier
vogue sur la lagune, éclairé par Vesper
et chante Godefroi, Herminie ou Renaud.
Il aime ainsi chanter ; il chante par plaisir,
sans arrière-pensée, sans souci de la gloire,
sans peur ni espérance ; une muse sereine
enchante son chemin sur l’abîme des eaux.
Sur les eaux de la vie où l’orage cruel
dans les brumes poursuit ma voile solitaire,
comme lui, sans écho, je chante par plaisir
et chéris le secret où mûrissent mes chants.

(Alexandre Pouchkine)

Illustration: Edith Marty

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ô jeune fille (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




Ô jeune fille, ô rose qui m’enchaînes,
je ne rougis pas de mes chaînes:
ainsi le rossignol, caché dans les lauriers,
tout roi qu’il est des musiciens ailés,
goûte une douce servitude
près de la rose fière et belle,
lui chantant ses airs les plus tendres
dans le secret voluptueux des nuits.

(Alexandre Pouchkine)

Illustration: Gustav Klimt

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les fleurs saignent (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




Les fleurs saignent
Sur les champs
Quand les teignent
Les couchants

(Jean-Baptiste Besnard)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Siramour (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015



 

Siramour

Semez, semez la graine
Aux jardins que j’avais.
Je parle ici de la sirène idéale et vivante,
De la maîtresse de l’écume et des moissons de la nuit
Où les constellations profondes comme des puits grincent de toutes
leurs poulies et renversent à pleins seaux sur la terre et le sommeil
un tonnerre de marguerites et de pervenches.
Nous irons à Lisbonne, âme lourde et coeur gai
Cueillir la belladone aux jardins que j’avais.
Je parle ici de la sirène idéale et vivante,
Pas la figure de proue mais la figure de chair,
La vivante et l’insatiable,
Vous que nul ne pardonne,
Âme lourde et coeur gai,
Sirène de Lisbonne,
Lionne rousse aux aguets.
Je parle ici de la sirène idéale et vivante.
Jadis une sirène
A Lisbonne vivait.
Semez, semez la graine
Aux jardins que j’avais.

Que Lisbonne est jolie.
La fumée des vapeurs
Sous la brise mollie
Prend des formes de fleurs.

Nous irons à Lisbonne
Âme lourde et coeur gai,
Vous que nul ne pardonne,
Lionne rousse aux aguets.

(Robert Desnos)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il est une caverne (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




Dans un bois de Carie, bien-aimé des chasseurs, il est une caverne.
Des pins élégants s’y inclinent, laissant choir l’ombre de leur ramure.
L’entrée en est celée par les flots capricieux, librement sinueux
du lierre, amant des rochers, des crevasses. Un espiègle ruisseau,
inondant le fond de la grotte, de pierre en pierre jette les arceaux
sonores de son cours. Il s’est façonné là un lit profond et, serpentant,
il s’éloigne dans les halliers touffus qu’il égaie de murmures.

(Alexandre Pouchkine)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’anémone qui régnait sur la mer (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015



 

anemone_de_mer

L’anémone qui régnait sur la mer

L’anémone qui régnait sur la mer
règne encore c’est entendu
Mais si peu elle est perdue
Elle est perdue au fond des mers
Elle se souvient de ses diamants
suspendus à l’arc-en-ciel
suspendus dans la rosée
et les huîtres bâillent alentour
pour lui offrir des perles
Mais l’anémone qui régnait sur la mer
ne règne presque plus et l’ancre de fer
l’a mordue cruellement et elle mourra tantôt.

(Robert Desnos)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

J’écouterai l’écho de ton coeur (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




Je respire une odeur de liberté
Quand le soleil auréole le calvaire
Près de l’église qui rassemble le village
Plus tard l’herbe frissonne sous les étoiles
Le vent balance le linge sur le fil
Le gonflant d’invisibles présences féminines
Sous des clartés furtives
Dans ta maison qui affronte la nuit
Je sais que tu m’attends
La main sur le premier bouton de ton corsage
J’écouterai l’écho de ton coeur
A l’instant où s’arrêtera la pendule
Et je te toucherai toute.

(Jean-Baptiste Besnard)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’asphodèle (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




L’asphodèle
Je suis fou d’elle
L’esprit fou j’erre
Dans la fougère

(Jean-Baptiste Besnard)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 4 Comments »

À propos de serrures (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015



 

Igor Morski  26) [1280x768]

À propos de serrures

Clic! clac!
C’est fermé!
N’essayez pas d’entrer.
Vous ne voyez pas les murs
Et pourtant vous croyez qu’ils sont de granit.
Vous ne voyez pas la porte
Et pourtant vous croyez qu’elle est de fer.

Vous restez là, confiant comme des gosses
Parce qu’on vous a dit:
Clic ! clac !
C’est fermé !

Mais le plus drôle c’est que celui qui s’est enfermé
Croit plus que vous à ses murailles
A sa porte
A sa serrure…

Mais avancez donc ! nom de dieu!
Et bottez-lui les fesses.

(Robert Desnos)

Illustration: Igor Morski

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les balles butinent (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




Les balles butinent
Abeilles de mort
Et leur dard s’enfonce
Dedans la chair vive
Blessure invisible
D’où jaillit le sang

La poitrine se vide
De chaleur et d’amour
Et les deux mains étreignent
Dans un dernier sursaut
Le sol qui sentait bon
Les cailloux qui chantaient

Les yeux ont perdu leur regard
Et le ciel qui s’y reflétait
Ne s’y reconnaît plus.

(Jean-Baptiste Besnard)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :