Arbrealettres

Poésie

Combien il a vu juste (André Hardellet)

Posted by arbrealettres sur 23 novembre 2015



Ernest Pignon-Ernest extases 2

Combien il a vu juste celui qui inventa cette formule : l’être pour mourir !
Car chaque existence aboutit à cela : rien.

Se dire qu’un être unique, irremplaçable, a fait place à une abstraction,
s’enfoncer cette évidence dans la cervelle, prendre le monde en haine,
se révolter ou acheter la résignation contre de petites lâchetés accumulées,
se tirer une balle dans la tête
ou s’en aller doucement vers le gâtisme comme un fonctionnaire vers sa retraite,

tout revient au même : le dénominateur commun.

(André Hardellet)

Illustration: Ernest Pignon-Ernest

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :