Arbrealettres

Poésie

Archive for 25 novembre 2015

Madrigal

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015



Madrigal

Incarnate et dodue et narguant les chloroses,
Avec ta bouche rutilante et ton maintien
Impudique, et ton front que le remords chrétien
Ne saurait assombrir de hantises moroses ;
Avec tes seins petits et tes hanches décloses,
Et tes cheveux tordus, tu représentes bien
Ce conventionnel amour, que l’art païen
Mais le nôtre – para de rubans et de roses.

Or, je rêve d’un temple aux doriques piliers
Où grimpent les volubilis parmi les mauves ;
Et dans le pur acier de tes prunelles fauves
Je vois des bois de myrte aux nymphes familiers,
Et des ruisseaux furtifs où boivent les dorcades,
Et qui coulent par mélodieuses saccades.

(Jean Moréas)

Illustration: Alfred Boucher

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Intimité (Jean Moréas)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015



Intimité

Les rumeurs des hommes et des choses
Comme un flot expiré se sont tues.
Tes beaux desseins que tu prostitues,
O mon cœur, compte-les, si tu l’oses.

Des détritus de bouquets de roses
Parfument les brises abattues.
Compte tes fiertés condescendues,
Et tes vains essors aux ailes closes.

Mais le doux ciel d’une nuit d’été
Bénit le sommeil de la cité ;
Au sort, va, n’en gardons pas rancune !

Puisque la vie est un sottisier,
Que je fume en face de la lune
Ma bonne pipe de merisier !

(Jean Moréas)

Illustration: Caroline Duvivier

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Toc, toc (Jean Moréas)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015



Nocturne

Toc, toc, toc toc, -il cloue à coups pressés ;
Toc, toc, -le menuisier des trépassés.
 » Bon menuisier, bon menuisier,
Dans le sapin, dans le noyer,
Taille un cercueil très grand, très lourd,
Pour que j’y couche mon amour.  »

Toc, toc, toc toc, -il cloue à coups pressés,
Toc, toc, -le menuisier des trépassés.
 » Qu’il soit tendu de satin blanc
Comme ses dents, comme ses dents ;
Et mets aussi des rubans bleus
Comme ses yeux, comme ses yeux.  »

Toc toc, toc toc, -il cloue à coups pressés.
Toc toc, -le menuisier des trépassés.
 » Là-bas, là-bas près du ruisseau,
Sous les ormeaux, sous les ormeaux,
A l’heure où chante le coucou,
Un autre l’a baisée au cou.  »

Toc toc, toc toc, -il cloue à coups pressés,
Toc, toc, -le menuisier des trépassés.
 » Bon menuisier, bon menuisier,
Dans le sapin, dans le noyer,
Taille un cercueil très grand, très lourd,
Pour que j’y couche mon amour.  »

(Jean Moréas)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chevauchée de la mort (Jean Moréas)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015



l'Ankou 3 [800x600]

Chevauchée de la mort

La mort chevauche dans la nuit, à travers la plaine.
Le vent de la nuit à travers la plaine halène ;
Le vent halène dans les ajoncs et sur les prêles.
La mort monte un hongre pie et borgne aux jambes grêles.
Et les trépassés sont pendus par la chevelure,
Sont pendus par les pieds, à la queue, à l’encolure,

L’encolure du hongre borgne qui caracole.
La mort chevauche à travers la nuit, comme une folle.
Les vieillards disent : bonne mort, cesse un peu ta course
Nous boirons, dans le creux de nos mains, à cette source.
Et nous-disent les beaux garçons et les belles filles
Pour faire des bouquets nous cueillerons des jonquilles.

(Jean Moréas)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Remembrances (Jean Moréas)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015



nature-morte-crepe [800x600]

Remembrances

Dans l’âtre brûlent les tisons,
Les tisons noirs aux flammes roses ;
Dehors hurlent les vents moroses,
Les vents des vilaines saisons.

Contre les chenets roux de rouille,
Mon chat frotte son maigre dos.
En les ramages des rideaux,
On dirait un essaim qui grouille :

C’est le passé, c’est le passé
Qui pleure la tendresse morte ;
C’est le bonheur que l’heure emporte
Qui chante sur un ton lassé.

(Jean Moréas)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Remembrances I (Jean Moréas)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015



Charles Edouard Boutibonne -flirtatious-inviting-kissable-Femme-Classic-Art-large [800x600]

Remembrances I

Là-bas, où, sous les ciels attiques,
Les crépuscules radieux
Teignent d’améthyste les dieux
Sculptés aux frises des portiques ;

Où, dans le feuillage argenté
Des peupliers aux torses maigres,
Crépitent les cigales aigres
Ivres des coupes de l’été ;

Là-bas, où d’or fin sont les sables
Et d’azur rythmique les mers,
Où pendent les citrons amers
Dans les bosquets impérissables,

La vierge aux seins inapaisés
Plus belle que la Tyndaride,
Fit couler sur ma lèvre aride
Le dictame de ses baisers.

(Jean Moréas)

Illustration: Charles Edouard Boutibonne

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

D’ où vient cette aubade câline (Jean Moréas)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015



D’ où vient cette aubade câline

D’où vient cette aubade câline
Chantée-on eût dit-en bateau,
Où se mêle un pizzicato
De guitare et de mandoline ?
Pourquoi cette chaleur de plomb
Où passent des senteurs d’orange,

Et pourquoi la séquelle étrange
De ces pèlerins à froc blond ?
Et cette dame quelle est-elle,
Cette dame que l’on dirait
Peinte par le vieux Tintoret
Dans sa robe de brocatelle ?
Je me souviens, je me souviens :
Ce sont des défuntes années,
Ce sont des guirlandes fanées
Et ce sont des rêves anciens !

(Jean Moréas)

Illustration: Giovanni Battista Tiepolo

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ADORER (Ernest Delève)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

ADORER

L’enfant était auréolé de sang
La mère dans la pâleur rayonnante du lait
O les flambeaux venaient de tous les coins des nuits
L’étoile s’arrêta dans les yeux de la femme
Etoile tremble mais ne tombe jamais
Que l’homme pour toujours attende
La chute de cet astre long temps d’adoration
Ne finit plus et que chacun laisse briller
Ce qu’il découvre en lui brusquement le meilleur
Une larme inconnue et l’arrêt le plus exquis du souffle
La myrrhe et l’encens respireront pour nous
Que notre or le plus précieux fasse l’office de lumière
Qu’il oblige l’enfant à nous montrer ses yeux
Et que notre silence le plus profond laisse

S’approcher la nuit aux douces bêtes chaudes

(Ernest Delève)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La joie du poison (Mubashir ibn Sulaymân « al-Nâshir al-Dalwla »)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015




La joie du poison

Le brouillard de ses yeux me rendait malade
quand je le regardais
mais je ne pus le contredire au milieu des caresses.
Comme le papillon aveugle qui rendu fou
se jette dans les bras magiques de la flamme.

(Mubashir ibn Sulaymân « al-Nâshir al-Dalwla »)

Illustration: Thierry Lambert

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fixe-toi au coeur de mon chant (Sylvestre Clancier)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015



Tu es la ferveur sacrée des mots
tu apparais couleur qui scintille
dans la nuit où tu m’invites

Fixe-toi au coeur de mon chant
délie mes lèvres ici et maintenant

Là où tu souffles la vie commence
pareille au cri innocent de l’enfant.

(Sylvestre Clancier)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :