Arbrealettres

Poésie

Les galets de ma rue (Bernard Flucha)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2015




Les galets de ma rue

Les galets de la Mer se roulent dans ma Rue
Sur la pente s’ébrouent ma jeunesse et mon âge
Corridor de la nuit qu’éclairent tes mains nues
Dans une multitude où la vie se partage

Sur la pente s’ébrouent ma jeunesse et mon âge
On m’a dit les baigneurs recherchant ta venue
Dans une multitude où la vie se partage
J’en recouvre le temps du voile des seins nus

On m’a dit les baigneurs recherchant ta venue
Où le sable s’endort et veillant sur la plage
S’apostrophent les corps dans la toile tendue
Comme la déraison dont résonne mon âge

Où le sable s’endort et veillant sur la plage
Se combinent les doigts et l’Amour à la vue
Comme la déraison dont résonne mon âge
Les galets de la Mer se roulent dans ma Rue

(Bernard Flucha)

Une Réponse to “Les galets de ma rue (Bernard Flucha)”

  1. Jean-Baptiste Besnard said

    Texte solide bâti sur deux rimes, ce qui lui donne une certazine musicalité

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :