Arbrealettres

Poésie

CEUX DE L’OBSCUR (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2015




CEUX DE L’OBSCUR

Pour que les mots ne suffisent pas,
une mort dans le coeur est nécessaire.

La lumière du langage me recouvre comme une musique,
image mordue par les chiens de la détresse,
et l’hiver grimpe sur moi comme le lierre du mur.

Quand j’espère cesser d’opérer,
s’opère à l’intérieur de moi ta chute.
Je ne suis plus qu’un au-dedans.

(Alejandra Pizarnik)

Illustration: Clark Little

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :