Arbrealettres

Poésie

On raconte (Ernest Delève)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2015


 


Otto Dix Painting 130 [1280x768]

On raconte que nos ruines sont de nouveau hantées
Un spectre partout à la fois tout le monde l’a vu
N’est-il pas venu regarder nos enfants cette nuit
N’a-t-il pas dérangé ces photos des parents morts à la guerre

Ceux qui ont remis un toit sur leur vieille maison
Entendent rôder dans le grenier et ceux qui vivent dans les caves
Voient l’ombre passer et repasser devant les soupiraux
On dit qu’il enlève toute joie au vin et qu’il noircit le pain qu’il touche

On dit que c’est le spectre de la guerre qui veut paralyser les gens par la terreur
Et profitant de nos cauchemars il inspecte l’état des routes et des ponts
Il y a dans l’air des tournoiements au-dessus de chaque tête
Il y a sur les mers des sillages qui ne présagent rien de bon

Déjà la guerre on n’a pas eu de paix et l’on s’enferme
Comme s’il faisait déjà très froid certains veulent s’unir
Pour effectuer une battue le pourchasser et puis l’abattre
Mais d’autres comme toujours croient qu’il vaut mieux rester chez soi
Et attendre et attendre la mort un enfant dans les bras

(Ernest Delève)

Illustration: Otto Dix

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :