Arbrealettres

Poésie

Archive for 3 décembre 2015

Au loin (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2015



Au loin, geint une belle qui voudrait lutter
Et qui ne peut, couchée au pied de la colline.
Et que le ciel soit misérable ou transparent
On ne peut la voir sans l’aimer.

(Paul Eluard)


Illustration: Cali Rezo

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

D’une seule caresse (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2015


998_a34151565597719c6927c01c668569b5

D’une seule caresse
Je te fais briller de tout ton éclat

(Paul Eluard)

Posted in poésie | Tagué: , , , | 2 Comments »

Paysage féminin (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2015



Je suis devant ce paysage féminin
Comme un enfant devant le feu
Souriant vaguement et les larmes aux yeux
Devant ce paysage où tout remue en moi
Où des miroirs s’embuent où des miroirs s’éclairent
Reflétant deux corps nus saison contre saison
J’ai tant de raisons de me perdre
Sur cette terre sans chemins et sous ce ciel sans horizon
Belles raisons que j’ignorais hier
Et que je n’oublierai jamais
Belles clés des regards clés filles d’elles-mêmes
Devant ce paysage où la nature est mienne
Devant le feu le premier feu
Bonne raison maîtresse
Etoile identifiée
Et sur la terre et sous le ciel hors de mon coeur et dans mon coeur
Second bourgeon première feuille verte
Que la mer couvre de ses ailes
Et le soleil au bout de tout venant de nous
Je suis devant ce paysage féminin
Comme une branche dans le feu.

(Paul Eluard)


Illustration: Alexandre Cabanel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Le jour frémissant se repose (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2015



Le soir les arbres sont tranquilles
Le jour frémissant se repose.

(Paul Eluard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Un seul être (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2015


x2dxw1bk

Un seul être

I

A fait fondre la neige pure.
A fait naître des fleurs dans l’herbe
Et le soleil est délivré.

Ô! fille des saisons variées,
Tes pieds m’attachent à la terre
Et je l’aime toute l’année.

Notre amour rit de ce printemps
Comme de toute ta beauté,
Comme de toute ta bonté.

II

Flûte et violon,
Le rythme d’une chanson claire
Enlève nos deux coeurs pareils
Et les mouettes de la mer.

Oublie nos gestes séparés,
Le rire des sons s’éparpille,
Notre rêve est réalisé.

Nous posséderons l’horizon,
La bonne terre qui nous porte
Et l’espace frais et profond,
Flûte et violon.

III

Que te dire encore amie?
Le matin, dans le jardin,
Le rossignol avale la fraîcheur.
Le jour s’installe en nous
Et nous va jusqu’au coeur.

Le jour s’installe en nous.
Et tout le matin, cherchant le soleil,
L’oiseau s’engourdit sur les branches fines.
Et fuyant le travail, nous allons au soleil,
Avec des yeux contents et des membres légers.

Tu connais le retour, amie,
C’est entre nous que l’oiseau chante,
Le ciel s’orne de son vol,
Le ciel devenu sombre
Et la verdure sombre.

IV

La mer toute entière rayonne,
La mer toute entière abandonne
La terre et son obscur fardeau.

Rêve d’un monde disparu
Dont tu conserves la vertu
Ou rêve plutôt

Que tu m’as gardé sur les flots
Que la lumière… Et sous le soleil
Le vent qui s’en va de la terre immense.

(Paul Eluard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Comme un fardeau (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2015



cote-soleil-couchant
Le soir, le soleil qui se couche
Comme un fardeau glisse d’une épaule.

(Paul Eluard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 5 Comments »

Sa tête sombre entre ses mains (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2015



D’un grand geste dernière flamme
Il a chassé cette beauté
Qui l’orientait

L’été latent fini
Grise naissance au ciel flottant
De fleurs surprises par la nuit
Par l’affreuse mort de la terre

Comme une porte qui s’abat
Entre deux prisons éternelles
Sa tête sombre entre ses mains.

(Paul Eluard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne pouvais plus tomber (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2015


icare

Tout jeune, j’ai ouvert mes bras à la pureté.
Ce ne fut qu’un battement d’ailes au ciel de mon éternité,
qu’un battement de coeur amoureux qui bat dans les poitrines conquises.
Je ne pouvais plus tomber.

(Paul Eluard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 8 Comments »

MON AMOUR (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2015



 

MON AMOUR

Mon amour pour avoir figuré mes désirs
Mis tes lèvres au ciel de tes mots comme un astre
Tes baisers dans la nuit vivante
Et le sillage de tes bras autour de moi
Comme une flamme en signe de conquête
Mes rêves sont au monde
Clairs et perpétuels.

Et quand tu n’es pas là
Je rêve que je dors je rêve que je rêve

(Paul Eluard)

Illustration: Dina Shubin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Boire un grand bol de sommeil noir (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2015



Boire
Un grand bol de sommeil noir
Jusqu’à la dernière goutte.

(Paul Eluard)

découvert ici chez laboucheaoreilles

Illustration: Audrey Kawasaki

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :