Arbrealettres

Poésie

LA MAISON DES SPLENDEURS (Ezra Pound)

Posted by arbrealettres sur 19 décembre 2015




LA MAISON DES SPLENDEURS

C’est la maison d’Evanoe,
Que les mains n’ont pas édifiée,
Mais quelque part, par-delà les chemins du monde
Son or s’étend, dessus, partout, tissé,
D’où sont façonnés des murs et d’étranges chemins.

Et j’ai vu ma dame dans le soleil,
Les cheveux épars, faisceau ailé,
Et rouge était le soleil derrière toute la scène.

Et je l’ai vue là, dans sa maison,
Six imposants saphirs étaient suspendus au mur,
Sur le bas, tels des panneaux, à la hauteur de ses genoux,
Et toute sa robe était tissée d’or pâle.

Il y a là maintes pièces, toutes d’or,
De murs tissés, soigneusement ornés, émaillés,
De travail martelé; et à travers la pierre bordeau
S’applique à tisser la lumière d’or.

Mon amour pour elle m’a conduit ici,
Vois cette adoration
Qui me rend lucide, il y a en cela des pouvoirs
Qui, mis en oeuvre par les vertus de son âme,
Font éclater les murs solides du temps immuable.

(Ezra Pound)

Illustration: Marc Chagall

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :