Arbrealettres

Poésie

LES YEUX (Ezra Pound)

Posted by arbrealettres sur 20 décembre 2015




LES YEUX

Repos, Maître, car nous sommes las, si las
Que les caresses du vent paraîtraient
Aux paupières dessinées là,
Humides et pesantes comme le plomb.

Repos, frère et vois! l’aube est au-dehors!
La flamme jaune devient pâle
Et la cire coule si bas.

Laisse-nous partir car au-dehors vivent les couleurs,
Le vert de la mousse des bois, les couleurs des fleurs,
Et la fraîcheur au-dessous des arbres.

Laisse-nous partir, car nous mourons
Dans cette monotonie toujours naissante
D’empreintes laides, noir
Sur blanc parchemin.

Laisse-nous partir car il en est un
Dont le sourire a plus de prix
Que tout le vieux savoir de tes livres
Et nous aimerions le regarder.

(Ezra Pound)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :