Arbrealettres

Poésie

Prenons la poule en considération (Ken Smith)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2015



Dernièrement, j’ai pensé aux poules
qui gloussent leur vide maussade dans leurs longues batteries.
où la lumière raccourcit les jours, où rien ne change,
c’est l’enfer sur Terre et chacun ici est un peu dingue.

Même dans la basse-cour elles geignent, toujours au bord des nerfs,
méfiantes, pondant le grand œuf, le regard fixe, surveillant,
inquiètes du coq ou picorant leur dîner
ou endormies, rêvant à des vers, à des limaces, à de gras asticots.

Et puis elles meurent, chacune d’entre elles sans nom,
sans chiffres, sans biographie, sans droit de vote, sans droit de pension,
la gorge tranchée de manière routinière, déplumée, hachée,
mijotée en casserole avec des oignons et des poivrons, puis dévorée.

Chuck. Chuck. Les Hongrois, qui les ont eues
des Bulgares, disent tyuk . Tyuk tyuk tyuk.
Camarades, ceci n’est vraiment pas l’intérêt des poules
Nos amies emplumées font manifestement face à un désavantage.

Et personne ne proteste, tout le monde se fiche complètement
de leurs aspirations, de leurs rêves, de leur brève vie frustrée
à gratter et à se plaindre, élément de la chaîne alimentaire.

Sauvez la poule. Sauvez la poule.

(Ken Smith)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :